CGAM Hssabe 970X250

Après chaque forte pluie, Casablanca compte ses morts

HABITAT MENAÇANT RUINE

À chaque forte pluie c’est la même hécatombe. Des habitations s’effondrent, laissant derrière elles familles endeuillées et des Marocains sous le choc. Les dernières pluies qui ont causé des inondations, la semaine dernière à Casablanca, n’ont pas dérogé à la règle. Comme toujours, c’est au niveau des quartiers populaires de la métropole que ces tragédies surviennent. Cette année, c’est au tour de l’ancienne médina et de Derb Moulay Cherif, au Hay Mohammadi, où quatre Marocains ont perdu la vie sous les décombres de leurs habitations.

Jusqu’à quand les Casablancais continueront-ils à vivre dans la peur et qui en est responsable? Le Conseil de la ville n’est responsable que des réalisations, quand il s’agit de problèmes, le maire Abdelaziz El Omari s’assurera de bien transmettre nos doléances, comme il préfère marteler. Rappelons que le problème des habitats menaçant ruine ne date pas d’aujourd’hui, mais de plus de 40 ans.

Un programme a été lancé pour y remédier, mais s’est avéré un véritable fiasco. Selon les dernières statistiques du ministère de l’Aménagement du Territoire National, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville, qui datent de 10 ans, près de 50.000 habitations menaçant ruine ont été recensées, dont près de la moitié sont situées dans les anciennes médinas. Un chiffre qui a considérablement augmenté depuis.

De son côté, l’Agence nationale pour la rénovation urbaine et la réhabilitation des bâtiments menaçant ruine est aux abonnés absents. Le Fonds de solidarité habitat et intégration urbaine (FSHIU), initié en 2002, ne semble pas, non plus, inscrire cette problématique parmi ses priorités, puisque seulement près de 2% du fonds sont alloués aux habitats menaçant ruine, un budget qui ne cesse de se réduire comme neige au soleil chaque année.

A cause de la mauvaise gouvernance, d’un manque de suivi et d’opérationnalisation des programmes et une non reddition des comptes, les habitats menaçant ruine continueront, chaque année, à tuer les Marocains.