Beau plébiscite pour les infrastructures sportives du Royaume

Huit matchs des éliminatoires du mondial 2022 disputés au Maroc

Plusieurs sélections africaines ont choisi le Maroc pour y disputer leurs rencontres comptant pour les éliminatoires du Mondial 2022, après la non homologation de leurs stades par la Confédération africaine de football (CAF). Un choix qui renforce la diplomatie sportive du Royaume.

Du 6 au 12 octobre, le Maroc sera l’hôte de ce qu’on pourrait qualifier de «mini» Coupe d’Afrique des nations de football (CAN). Plusieurs pays africains dont les stades n’ont pas été homologués par les experts de la Confédération africaine de football (CAF) ont choisi le Royaume pour accueillir leurs rencontres comptant pour les 2e, 3e et 4e journées des éliminatoires du Mondial 2022, qui se disputera au Qatar. Huit matchs qui se dérouleront dans les villes de Tanger, Casablanca, Agadir, Rabat et Marrakech.

La rencontre Soudan-Guinée Conakry a ouvert le bal le mercredi 6 octobre au Grand stade de Marrakech à 17h. Un matche qui s’est soldé par un nul 1 but partout. L’équipe nationale du Maroc accueille le même jour celle de Guinée- Bissau au Complexe sportif Prince Moulay Abdellah de Rabat à partir de 20h. Les lions de l’Atlas ont étrillé leurs adversaires. Score: 5 à 0. Le lendemain, c’est le Mali qui croise le fer avec le Kenya au Grand stade d’Agadir à 20h, avant que les Djiboutiens ne défient les «Etalons » burkinabés en début de soirée au Grand stade de Marrakech.

Cette mini-CAN se poursuit le samedi 9 octobre avec le match Guinée Bissau-Maroc au Complexe sportif Mohammed V de Casablanca à 20h, puis le lundi 11 octobre avec les rencontres Mozambique-Cameroun à 14h au Grand stade de Tanger, suivi de Burkina Faso-Djibouti à 20h au Grand stade de Marrakech. Les Lions de l’Atlas fermeront cette fenêtre qualificative le mardi 12 octobre avec leur match contre la Guinée-Conakry, comptant pour la 1ère journée des éliminatoires. Une rencontre qui devait se disputer en septembre en terre guinéenne avant d’être reportée à cause du coup d’Etat intervenu dans la foulée.

Une diplomatie sportive très active
Du côté de la Fédération royale marocaine de football, tout a été planifié pour mettre ces différentes sélections dans les meilleures conditions. De la mise en place des cars pour chacune des délégations au volet sécuritaire en passant par les réservations dans les hôtels et les terrains d’entraînement. Ce qui est d’ailleurs de bonne guerre pour renforcer le poids de la diplomatie sportive du Royaume sur le continent.

Une diplomatie qui a pris ces dernières années une nouvelle dimension avec l’organisation de grands évènements sportifs tels que le Championnat d’Afrique des nations (CHAN) en 2019, compétition réservée aux joueurs locaux; la 43e Assemblée ordinaire et élective de la CAF le 12 mars dernier; et la dernière finale de la Ligue des champions africaine qui s’est disputée le 17 juillet au Stade Mohammed V de Casablanca.

Parallèlement, la FRMF a signé des partenariats avec 44 fédérations africaines, principalement en Afrique subsaharienne, d’une durée de deux ans renouvelables, pour les accompagner dans la réalisation d’infrastructures sportives, l’accueil de stages pour des sélections nationales, la formation des cadres, la formation des arbitres et l’organisation de matchs amicaux.