Le PJD : « La suspension des cours pendant toute cette période est une catastrophe nationale »


Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) a tenu samedi 23 décembre 2023 sa réunion ordinaire. Présidée par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, la réunion a été l’occasion pour les membres du PJD de débattre des questions politiques mais également des sujets qui relèvent de la gestion publique. Le secrétariat général du PJD a consacré une grande partie de l’ordre du jour de ce rendez-vous politique au dossier de l’enseignement.

Pointant du doigt « la gestion tardive » du dossier de l’enseignement, le PJD tient la grève des enseignants qui dure plus de deux mois et demi pour une catastrophe nationale compromettant le droit des futures générations à l’éducation et à la connaissance. Dans son dernier communiqué du 23 décembre 2023, le secrétariat général du parti de la lampe appelle le gouvernement à prendre des mesures concrètes pour promulguer au plus vite le nouveau décret portant sur le statut des fonctionnaires de l’Education nationale. Dans la même lignée d’idée, le parti de l’opposition invite l’Exécutif à décliner l’aspect financier du dernier accord. Finalement, le secrétariat général du PJD exhorte toutes les parties concernées à coopérer dans le but de sauver l’année scolaire. Il s’agit là d’un appel destiné notamment aux femmes et hommes de l’Education nationale. « Nous comptons sur le patriotisme et le professionnalisme du personnel éducatif afin de reprendre le travail et d’assurer le retour des élèves à l’école », conclut le communiqué.

La commission ministérielle composée du ministre de l’Education nationale, du Préscolaire et des Sports, Chakib Benmoussa, du ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younès Sekkouri et Fouzi Lekjaa, ministre chargé du budget, et les syndicats les plus représentatifs se sont mis d’accord, ce samedi 23 décembre 2023, sur un certain nombre de points tels que l’inclusion du personnel de l’Education nationale dans le nouveau statut unifié et la suppression du terme « Ressources humaines » contenu dans les dispositions de l'ancien statut unifié. Le terme sera, en effet, remplacé par le vocable « Fonctionnaires de l’Education nationale ». En outre, il est prévu de faire bénéficier au personnel de l’éducation national, y compris les administrateurs, techniciens et médecins, de la dernière augmentation de salaire annoncée par le gouvernement. Cette revalorisation de salaire devrait désormais profiter à tous les fonctionnaires du ministère de l’Education nationale, nous déclare une source syndicale. D’autres dossiers seront discutés aujourd'hui dimanche 24 décembre 2023, notamment ceux relatifs aux salaires, indique-t-on.

Pour rappel, le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, avait déclaré lors du dernier rassemblement régional du RNI, qui a eu lieu le samedi 16 décembre 2023 à Marrakech, que le gouvernement ne peut pas donner au-dessus de ses moyens. Une déclaration qui sous-entend que les enseignants grévistes ne peuvent pas aspirer à plus que 1.500 dirhams accordés sur deux ans en vertu de l’accord du 10 décembre 2023.

Articles similaires