Piratage de 19 millions de comptes Facebook au Maroc

PLUS DE 530 MILLIONS DE COMPTES HACKÉS DANS LE MONDE

Les déboires sécuritaires de Facebook s’enchainent. Cette semaine, les données personnelles de centaines de millions de comptes du réseau social ont été mises en vente par des pirates. Au Maroc, près de vingt millions de comptes sont concernés.

Les données de près de 19 millions de comptes Facebook enregistrés au Maroc ont été mis à la vente début avril dans un site spécialisé dans le piratage. Un chiffre effarant surtout lorsqu’on sait que le nombre des utilisateurs marocains des réseaux sociaux est d’environ 22 millions. Les millions de faux profils Facebook créés par les Marocains expliqueraient aussi ce chiffre très élevé. Les données personnelles comportent les numéros de téléphone, les adresses e-mail, les géolocalisations, les statuts sociaux, les dates de naissance, les adresses et les données relatives au parcours académique et professionnel, entre autres.

Ce piratage fait partie d’une vaste opération de hacking au niveau mondial ciblant plus de 530 millions de comptes Facebook. En France, par exemple, la moitié des utilisateurs de ce réseau social sont concernés, soit 20 millions. Ce grave incident remet à la table les multiples failles sécuritaires du réseau social Facebook. Ce dernier s’est excusé auprès de ses utilisateurs, les rassurant que le piratage n’a pas concerné leurs données financières, de santé et les mots de passe.

Vérifications de confidentialité
«Ces données sont issues d’une fuite qui remonte à 2019 et qui a été résolue. Il faut bien comprendre que les acteurs malveillants ont obtenu ces données non pas en piratant nos systèmes mais en les pillant sur notre plateforme avant septembre 2019», a déclaré Mike Clark, un directeur du réseau social, cité dans un communiqué publié par Facebook le 6 avril 2021. Mike Clark a dénoncé la méthode du «Scraping» ou pillage des profils de Facebook via un logiciel imitant la fonctionnalité du réseau et qui aide les membres à trouver facilement des amis en raclant ainsi les listes de contacts.

«Même si on ne peut pas toujours empêcher la recirculation ou l’apparition de tels ensembles de données, nous avons une équipe dédiée qui est concentrée sur ce travail», précise le responsable de Facebook, qui invite les utilisateurs à vérifier régulièrement les paramètres de partage de leurs pages. «Nous recommandons également aux utilisateurs d’effectuer régulièrement des vérifications de confidentialité, notamment qui peut voir certaines informations sur leur profil et d’activer une authentification à deux étapes», conseille le réseau social.

Rappelons qu’il ne s’agit pas de la première faille de sécurité de Facebook, qui compte près de 2,8 milliards d’utilisateurs mensuels, où des données de millions d’utilisateurs du réseau social se trouvent mises en ligne. Révélé en 2018, le scandale Cambridge Analytica, un cabinet britannique ayant détourné les données personnelles de dizaines de millions d’utilisateurs de Facebook à des fins de propagande politique, avait durablement terni la réputation du réseau social sur la question de la confidentialité des données.