Des pièces de monnaie datant des dynasties Almohade et alaouite à Oran

L'Algérie se désavoue par ses propres découvertes

Grâce à une dépêche de l’agence officielle APS et à une découverte archéologique, Alger reconnait la présence historique de la dynastie alaouite, s’étendant jusqu’à l’ouest algérien.

La machine de la propagande algérienne anti-marocaine est en panne depuis quelques jours. Ses commanditaires ont failli à deux reprises en l’espace de cinq jours. Deux gaffes incommensurables pour un pouvoir algérien qui a toujours contesté tout au Maroc, même son histoire millénaire, et qui fait tout pour maintenir un conflit artificiel autour du Sahara marocain.

La dernière en date est une dépêche de Algérie presse service, l’agence officielle dont la crédibilité a été remise en question par les Nations-Unies. Mardi 12 janvier 2021, l’APS annonce avec fierté une prouesse de la gendarmerie nationale: «La brigade de protection du patrimoine culturel relevant du groupement territorial de la gendarmerie nationale d’Oran vient de démanteler une bande criminelle spécialisée dans le trafic de pièces archéologiques de valeur composée de 2 personnes (…) ».

Junte militaire
Puis, un peu loin dans la dépêche, l’APS souligne sans s’en rendre compte: «Une enquête a été lancée qui s’est soldée par l’arrestation des deux suspects et à la récupération de nombreuses pièces, dont deux statuettes de la reine égyptienne Nefertiti, une statuette en bronze de divinité africaine, 97 pièces de monnaie dont 87 pièces en argent remontant à l’Etat alaouite (Maroc), 2 pièces en or remontant à l’Etat des Aghaliba, 4 pièces de monnaie romaines et une médaille romaine, des pièces en argent remontant à l’époque des Almohades (Mouahidine), 3 pièces de monnaie modernes de Thaïlande, de France et du Maroc».

Par cette dépêche, le pouvoir algérien reconnait ainsi la présence historique de la dynastie alaouite, sur le trône depuis le XVIIe siècle, s’étendant jusqu’à l’ouest algérien, via un échange d’une monnaie qui porte l’effigie de ses sultans, ainsi que la dynastie Almohade (Al Mouahidine). Un désaveu implicite et explicite à la fois de toute la thèse sur laquelle reposent encore l’Algérie, création récente de la colonisation française, et ses mercenaires du Polisario.

Du coup, l’on se demande si Fakhredine Beldi, Directeur général de l’Agence Algérie presse service (APS), qui a laissé passer cette gaffe, gardera pour longtemps son poste. Un autre responsable est aussi sur un siège éjectable. Il s’agit du directeur général de la télévision publique algérienne qui, contrairement à l’APS, a diffusé l’intégralité des propos de David Shenker, sous-secrétaire d’Etat américain en charge du Proche-Orient, lors d’une conférence de presse tenue à Alger, jeudi 7 janvier 2021.

«Les États-Unis ont toujours cru et ont continué à croire que seules les négociations politiques sont capables de résoudre les problèmes entre le Maroc et le Polisario et que ces négociations doivent avoir lieu dans le cadre du plan d’autonomie», a-t-il affirmé.

Il n’est pas écarté que dans les quelques jours à venir, les deux responsables algériens d’APS et de la télévision publique, demandent l’asile au Maroc, eux qui ont, implicitement, reconstitué les faits historiques par une découverte archéologique et la transmission d’une déclaration d’un officiel américain à quelques centaines de mètres du Palais d’El Mouradia.


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger