LA PEUR PLUS CONTAGIEUSE QUE LE VIRUS

LA STRATÉGIE DE AÎT TALEB BASÉE SUR L’ANNONCE DE CHIFFRES ANGOISSANTS

La stratégie des chiffres en hausse effrénée sert cette opacité et ce flou qui entourent la pandémie, son protocole de traitement thérapeutique et son futur vaccin depuis le début.

Depuis le premier cas Covid-19 au Maroc à ce jour, le ministère de la Santé joue sur les nerfs des Marocains avec ses épisodes quotidiens d’annonce de chiffres non commentés, mal interprétés voire biaisés. La peur et l’angoisse nourris chez les citoyens ont un objectif final bien précis: le vaccin anti-Covid-19.

D’ailleurs, le plafond de 1.000 nouveaux cas par jour qui faisait peur il y a deux mois a cédé la place à un record de plus de 3.000 cas/jour. Cette situation épidémiologique permet de justifier les mesures de sécurité et de confinement laissés au libre arbitrage des gouverneurs et des walis. Elle donne aussi la légitimité à la stratégie de vaccination anti-Covid-19 que le ministre de la Santé, Khalid Aït Taieb, prépare.

D’ailleurs, il a réuni, jeudi 8 octobre 2020, les directeurs régionaux pour étudier la future stratégie de vaccination à l’échelle des régions ainsi que la contribution et la préparation de chaque région. Bien entendu, comme de coutume depuis le début de la pandémie, de cette réunion, aucun élément n’a été communiqué à l’opinion publique. Ce n’est pas étonnant puisque même concernant les vaccins en cours de tests ou qui seront achetés une fois prêts, on n’en sait rien. L’accès à l’information est barricadé à la presse marocaine qui est censée relayer l’information pour la faire parvenir aux citoyens.

Petit rappel pour les amnésiques, Khalid Aït Taieb a signé le 20 août 2020 des conventions pour participer aux essais cliniques du vaccin chinois. Le 18 septembre de la même année, il signe un mémorandum d’entente pour l’acquisition de vaccins anti-Covid 19 produits par la Société R-Pharm, sous licence du groupe britannique AstraZeneca. Les gouvernants signent et se préparent tandis que les gouvernés ignorent tout de ce qui les attend ou de ce qui leur sera imposé tôt ou tard.

Protocole de traitement
La stratégie des chiffres en hausse effrénée sert cette opacité et ce flou qui entourent la pandémie, son protocole de traitement thérapeutique et son futur vaccin depuis le début. L’ancien directeur scientifique du géant pharmaceutique Pfizer, Dr Mike Yeadon, a affirmé tout récemment dans cette interview menée par Julia Hartley- Brewer de Talk Radio que la moitié, voire «presque tous» les tests Covid sont des faux positifs. Le Dr Yeadon a ajouté que, étant donné tous les indicateurs importants dans une pandémie mondiale, tels que les hospitalisations, l’utilisation des soins intensifs et les décès, la pandémie est terminée.

Si les chiffres des nouveaux cas sont à la hausse au Maroc, une lecture de tous les chiffres mis à disposition par le ministère de la Santé révèlent que le nouveau bilan porte à 163.650 le nombre total de contaminations, depuis le premier cas signalé le 2 mars et à 136.036 celui des personnes totalement rétablies, soit un taux de guérison de 83,1%, et que le taux d’occupation des lits de réanimation dédiés au Covid- 19 est de 25,6%.

L’analyse de ces deux chiffres montre qu’il n’y a rien qui puisse justifier l’angoisse et la peur puisque depuis 7 mois, seul le quart des lits de réanimation ont été occupés à ce jour. Dans le classement des origines des décès dans le monde, le coronavirus occupe la dernière place loin derrière le cancer et juste derrière la grippe. Pourquoi donc cherche-t-on à semer la panique et la peur si ce n’est pour convaincre les citoyens de la nécessité de se faire vacciner et les rendre impatients de voir en ce vaccin la délivrance ?.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger