Pertes colossales pour McDonald's au Moyen-Orient suite au boycott lié à la guerre sur Gaza


La chaîne mondiale de restauration rapide McDonald's fait face à des défis économiques importants au Moyen-Orient, suite à un mouvement de boycott déclenché par son prétendu soutien à l'armée israélienne dans la guerre sur Gaza. Ces boycotts ont entraîné une baisse significative des ventes dans la région, affectant de manière notable la performance commerciale de l'entreprise.

Le PDG de McDonald's, Chris Kempczinski, a reconnu "l'impact négatif de la guerre et de la désinformation associée" sur plusieurs marchés au Moyen-Orient. En effet, la décision de la franchise israélienne de McDonald's d'offrir des repas gratuits aux soldats israéliens a suscité une vive réaction dans les pays voisins. Cette initiative a été perçue comme un soutien direct à l'armée israélienne, ce qui a déclenché des appels au boycott dans plusieurs pays arabes.

Bien que McDonald's ait enregistré une croissance globale de ses ventes de 10,9 % au quatrième trimestre de 2023, l'ampleur exacte des pertes dues aux boycotts reste incertaine. La marque a tenté de se dissocier des actions de ses franchisés, affirmant ne pas prendre parti dans le conflit et mettant en avant son engagement envers les communautés locales dans les pays où elle opère.

Au Maroc, la situation est particulièrement tendue pour McDonald's. Des citoyens marocains ont également lancé une campagne de boycott contre la franchise, gérée par First Rest International depuis 1992, en réponse aux actions de la franchise israélienne. Cette campagne semble avoir un effet significatif, avec des témoignages de baisse de fréquentation dans les restaurants de la chaîne. En dépit des efforts de communication de McDonald's Maroc, affirmant son identité marocaine et son empathie pour les victimes du conflit à Gaza, la marque peine à regagner la confiance des consommateurs locaux.

 

 

Articles similaires