DES PERSPECTIVES DE SORTIE DE CRISE INCERTAINES

L’IMMOBILIER FACE AU COVID-19

Chantiers à l’arrêt, transactions quasiment mises en veilleuse, main-d’oeuvre au chômage technique et demande inexistante… Le secteur de l’immobilier au Maroc fait face à des difficultés diverses.

Locomotive de l’économie marocaine pendant plusieurs décennies, l’immobilier bat de l’aile. Déjà avant la crise du Covid-19, la situation n’était pas rose. Mais avec cette pandémie, c’est une autre crise beaucoup plus étouffante qui paralyse le secteur et ses différents acteurs. Le statu quo appelle une réflexion profonde en vu que le secteur contribue à hauteur de 14% au PIB et génère un peu plus de 1 million d’emplois.

A cause du coronavirus, plus de 90% des chantiers à ciel ouvert ont été mis à l’arrêt, avec pour conséquence directe une maind’oeuvre au chômage technique et …. Pire, une baisse de 95% des transactions a été relevée comparativement à la même période de l’année précédente, impactée par une demande quasi inexistante. Et puis, la hausse des prix des intrants est venue se greffer à ce contexte sombre. La sonnette d’alarme est tirée. La Fédération nationale des promoteurs immobiliers suggère à Bank Al Maghrib, pour stimuler à nouveau la demande de crédit à l’habitat, de revoir à la baisse les taux d’intérêt dédiés aux nouveaux acquéreurs. Elle insiste sur la réduction des taux immobiliers et le relèvement du plafond de financement.

Plan de relance
Au cours de ces derniers mois, le secteur immobilier marocain a été plombé par plusieurs facteurs: chantier suspendus, Face à la descente aux enfers, l’incertitude a fini par gagner les professionnels du secteur. Ils considèrent la crise sanitaire comme une nouvelle opportunité pour changer de cap et s’engager dans une nouvelle ère avec une nouvelle vision, sur des bases cohérentes. Du côté de la locomotive de l’investissement public dans le secteur, le Groupe Al Omrane travaille de concert avec le ministère de l’habitat pour assurer la relance progressive et sécurisée de chantiers prioritaires publics du ministère dont il a la charge à hauteur de près de 85% et qui représentent le 1/3 de son activité.

Le plan d’action pour l’année 2020 adapté au contexte historique Covid-19 a été revu en étroite concertation avec le ministère conformément aux orientations du gouvernement. Concrètement, l’investissement devrait atteindre 3,78 milliards de dirhams sans oublier la mise en chantier de 15.945 unités de production nouvelle et de 76.561 unités de mise à niveau urbaine. De même, le plan prévoit l’achèvement de 19.335 unités de production nouvelle dont 1.879 dans le cadre de partenariat et 95.774 unités de mise à niveau urbaine en plus de la création de 32.781 titres fonciers. Le chiffre d’affaire devrait quant à lui malgré la crise dépasser les 3 milliards de dirhams. Mais la question qui se pose: Est-ce que ce plan de relance sera maintenu avec la politique d’austérité prônée par le Chef du gouvernement Saâd Eddine El Othmani?.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger