Percée historique du Front national dans les élections régionales françaises

marine le pen


Le parti d'extrême droite, Front national (FN) a enregistré une percée historique lors du premier tour des élections françaises qui s'est déroulé dimanche. Lors de ce scrutin, qui a enregistré un taux de participation de 50,09 % en progression par rapport au premier tour des régionales de 2010 qui s'établissait à 46,34 %, le Front national recueille 27,96 % des suffrages exprimés, devant la coalition de la droite formée par Les Républicains, le MoDem et l'UDI (26,89 %) et le Parti Socialiste (23,33 %). Selon ces chiffres, le Front national est arrivé en tête dans six régions, suivi de la coalition de la droite (quatre régions) alors que la gauche n'a recueilli les faveurs de l'électorat que dans trois régions.


Se félicitant du score obtenu par ses listes, la présidente du Front national, Marine Le Pen a affirmé que sa formation est le premier parti de France qui, a le seul, vocation à réaliser l'unité nationale dont le pays a besoin. Selon elle, les résultats du premier tour prédisent une disparition du Parti socialiste.


Dans une première réaction, le patron des Républicains, l'ancien président Nicolas Sarkozy a souligné qu'il n'y aura pas de fusion de listes ni de coalition, lors du deuxième tour, pour faire face au FN. Cette consigne, qui devrait être discutée lundi par la direction des Républicains, pourrait ne pas être partagée par les militants. Dans une autre déclaration, l'autre responsable des Républicains, Alain Juppé, a affirmé que "le constat est clair" et qu'il "faudrait réagir avec lucidité et sang-froid".


Les responsables du Parti Socialiste n'ont pour le moment livré aucune réaction sur l'issue de scrutin, une déclaration devrait être délivrée au plus tard lundi par la direction.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger