Pedro Altamirano : "Cette candidature commune est un message fort au monde"


Pedro Altamirano, président de l’organisation Tariq Ibn Ziad pour la coopération hispano-marocaine


Pour Pedro Altamirano, nous devons tous coopérer, pour faire de cette candidature une réussite sportive, culturelle et économique pour la prospérité de tous.

Vous militez pour le rapprochement entre le Maroc et l’Espagne. Comment percevez-vous la candidature conjointe avec le Portugal pour l’organisation de la Coupe du monde de 2030 ?
Tout d’abord, je suis très heureux de la confirmation de cette grande nouvelle par SM Mohammed VI. Cette candidature représente une opportunité importante pour renforcer les relations entre nos trois pays qui ont marqué l’histoire et la culture de l’Europe, de la Méditerranée et des Amériques.

Nous sommes face à un défi de taille, mais aussi une occasion de démontrer notre capacité à travailler efficacement et de manière coordonnée. Cela enverra un message fort au monde: lorsque la culture est au centre des préoccupations, toutes les différences passent au second plan. Le sport et la culture sont des voies importantes pour renforcer les liens entre les pays.


Comment l’opinion publique espagnole a-t-elle accueilli l’annonce de la candidature conjointe avec le Maroc et le Portugal ?
Bien que la nouvelle soit encore très récente, nous espérons que l’opinion publique espagnole se réjouira de cette candidature conjointe. Nous avons travaillé avec force et engagement pour normaliser les relations entre nos deux pays. Cette candidature est une opportunité pour que nous prouvions notre capacité à travailler ensemble pour un objectif commun.

Après plus de cinq siècles plutôt compliqués, en dehors de rares périodes d’accalmie, les relations entre le Maroc et l’Espagne entament-elles un changement de cap positif pour de bon?
Sans aucun doute. Cette candidature est une occasion unique de renforcer les liens entre nos pays et de bâtir un avenir commun. Il est important que cette initiative ne soit pas seulement portée par les fédérations nationales et la FIFA, mais aussi par la société civile.

Nous prévoyons d’organiser un pré-forum dans quelques semaines, dans l’objectif d’organiser cette année à Dakhla un forum permanent hispano- marocain de dialogue social. Mais je pense maintenant qu’il serait plus juste de le renommer en forum de dialogue ibéro-marocain, pour y inclure nos frères portugais. Nous devons tous coopérer, à tous les niveaux culturels et historiques, pour faire de cette candidature une réussite sportive, culturelle et économique pour la prospérité de tous.

Articles similaires