Le pays de l'oncle Sam ouvre ses marchés au Maroc

ACCORD DE LIBRE-ÉCHANGE MAROC-USA

Malgré le ralentissement économique mondial dû à la pandémie, le commerce bilatéral entre les États-Unis et le Maroc en 2020 a atteint 3,3 milliards de dollars. Un volume conséquent qui en dit long sur la force des relations économiques et politiques entre les deux pays.

Quinze ans après la conclusion d’un accord de libre-échange entre le Maroc et les Etats- Unis, le premier du genre en Afrique, les autorités américaines viennent de communiquer sur le bilan de cet accord signé en 2004 mais définitivement mis en oeuvre en 2006. Ainsi, les échanges commerciaux entre les deux pays ont été multipliés par cinq depuis 2005, pour atteindre 5 milliards de dollars en 2019.

Cet accord couvre une multitude de secteurs économiques et un large éventail de produits. Les opérateurs américains ont pu mettre à profit la position stratégique du Maroc comme porte d’entrée en Afrique, ainsi que ses divers partenariats à l’international. Il existe environ 150 entreprises américaines opérant actuellement au Maroc opérant dans divers domaines.

Les célébrations du 15ème anniversaire de la conclusion de l’accord se sont déroulées, samedi 5 juin 2021, en présence du Wali de la région de Casablanca-Settat, Saïd Ahmidouch, du président du Groupe Bank Of Africa, Othman Benjelloun, des représentants de départements ministériels, des membres du conseil d’administration de l’AmCham, des sociétés marocaines très actives au niveau des exportations du «made in Morocco» sur le marché américain et des présidents de fédérations sectorielles.

Des échanges multipliés par cinq
Signé le 15 juin 2004, l’ALE entre les États- Unis et le Maroc est entré en vigueur le 1er janvier 2006. Les États-Unis ont des accords de libre-échange avec seulement 20 pays. Le Maroc est l’un d’entre eux et il est le seul en Afrique. Malgré les critiques dirigées contre cet accord, pour dire qu’il profite beaucoup à l’économie américaine et très peu à l’économie marocaine, il est considéré comme un accord global qui soutient les importantes réformes économiques et politiques entreprises par le Maroc. Il s’applique au commerce des marchandises aussi bien agricoles, qu’industrielles et au commerce des services. L’accord porte également sur les aspects liés au travail, à la politique environnementale, aux marchés publics et aux droits de propriété intellectuelle.

En 2019, le commerce bilatéral entre les États-Unis et le Maroc a atteint 5 milliards de dollars, contre 925 millions de dollars en 2005. En 2020, et malgré le ralentissement économique mondial dû à la pandémie, le commerce bilatéral entre les États-Unis et le Maroc a atteint 3,3 milliards de dollars. Les exportations des États-Unis vers le Maroc en 2020 ont totalisé 2,3 milliards de dollars et les exportations du Maroc vers les États-Unis ont totalisé 1,04 milliard de dollars. Plusieurs nouveaux produits marocains ont fait leur entrée sur le marché américain tels que la courgette, la framboise et l’aubergine.

L’ALE a également attiré des investissements américains et internationaux et a stimulé l’investissement dans les secteurs de haute technologie, notamment l’automobile, l’aéronautique et les TIC, ce qui a permis au Maroc de se placer dans la chaîne d’approvisionnement mondiale, dans des marchés avancés et complexes.