Pauvreté : Épinglée par la Banque mondiale, l’Algérie s’en prend au Maroc

Alors que la Banque mondiale vient de mettre en garde, dans son dernier rapport sur la pauvreté, contre un “séisme” économique dévastateur qui s’approche en Algérie, l’agence de presse officielle algérienne (APS) a préféré détourner l’attention en impliquant le Maroc. La vitrine médiatique du régime d’Alger a sévèrement critiqué l’institution financière internationale, l’accusant de relayer des fausses informations, et de rouler pour le Royaume. 

“Le dernier rapport de la Banque mondiale (BM) sur l'Algérie dénote une forte tendance à voir l'Algérie en noir”, regrette l’APS, qui évoque “un rapport sans aucune valeur, qui n'a rien de financier, visiblement rédigé sur instigation de certaines parties connues pour leurs hostilités à l'Algérie”. Et dans la lignée des responsables algériens, à leur tête le président Abdelmadjid Tebboune, qui n’hésitent pas à adopter un discours conspirationniste, aussi virulent que farfelu, contre le Maroc depuis plusieurs mois, l’APS estime que “la pauvreté a une adresse dans la région. Mais, la BM n'en parle pas, il n'est pas question de rapporter des vérités et donner les vrais chiffres de la pauvreté au Maroc. Il faut protéger ce royaume du mal et de la misère chuchoté par les patrons de l'institution de Bretton Woods”. 

L’agence algérienne rappelle que “la Banque mondiale avait annoncé en 2019 que l'Algérie allait emprunter de l'argent, alors que la situation financière du pays connaît un redressement spectaculaire au moment où les protégés de cette institution financière et de ses lobbies sombraient dans de très graves crises socio-économiques. 

Dans son rapport, la BM met l’accent, entre autres, sur la fragilité de l’économie algérienne en matière d'exportations, et les chiffres de pauvreté très alarmants. 

Articles similaires