Le passeport vaccinal sera requis pour le pèlerinage

Les autorités Saoudiennes annoncent les préparatifs pour l'organisation du Hajj 2021

La crise du Covid-19 n’arrange certainement pas les choses pour l’opération de pèlerinage pour cette année. Alors que certains avaient prévu son annulation comme pour l’année dernière, en raison de la situation sanitaire en Arabie saoudite, le ministre saoudien de la santé a annoncé, mardi 2 mars 2021, l’organisation du pèlerinage pour cette année, mais à une condition obligatoire: se faire vacciner.

Le ministre saoudien exige ainsi à tout candidat au hajj de se munir d’un passeport vaccinal remis par les autorités sanitaires de son pays. Une exigence imposée par les autorités sanitaires qui comptent aussi limiter le nombre des pèlerins à quelques dizaines de milliers. Cette limitation est, en effet, prévue en raison de la propagation du virus. La nouvelle organisation, qui ne sera sans doute pas de tout repos pour les autorités saoudiennes, sera encadrée par un dispositif sanitaire strict qui va imposer les gestes barrières à savoir le porte obligatoire du masque, le respect de la distanciation sociale et l’hygiène régulière des mains.

Il faut dire que malgré les campagnes de vaccination, qui ont commencé un peu partout dans le monde, le virus continue toujours de circuler à une vitesse rapide et forte. Mais ce qui inquiète par dessus-tout les autorités saoudiennes, ce sont les nouveaux variants du Coronavirus, qui sèment la terreur dans plus de 100 pays. Du côté des agences de voyage qui organisent le hajj dans notre pays, c’est encore le black-out total.

Elles affirment que rien n’est encore prévu. Elles attendent, en effet, les consignes du ministère des habous et des affaires islamiques, qui doit annoncer si les Marocains pourront partir pour le hajj cette année. Mais elles estiment que l’annonce du ministre saoudien de la santé pourrait constituer le point de démarrage d’une opération de pèlerinage pour cette année. Une aubaine pour les agences de voyages marocaines, qui ont beaucoup souffert en raison de la crise du Covid-19.