Pass vaccinal dans les administrations : Les fonctionnaires récusent la mesure

Cette sortie de l’union syndicale des fonctionnaires intervient quelques jours après la publication d’une circulaire du ministère de la Transition numérique et de la réforme de l’administration dans laquelle il demande aux fonctionnaires non vaccinés à prendre les doses nécessaires dans un délai de sept jours.

La polémique sur le pass vaccinal refait surface. Après la grogne des avocats, c’est au tour des fonctionnaires de s’ériger contre ce document qui leur est désormais imposé par leur tutelle. Dans un communiqué récemment publié, l’Union syndicale des fonctionnaires rejette cette décision qu’elle considère comme une violation du droit du travail qui est garanti par la constitution et les conventions internationales. D’après elle, en rendant obligatoire ce document, le gouvernement interdira de facto aux fonctionnaires non vaccinés d’accéder à leurs lieux de travail. « Et de ce fait, des mesures abusives et illégales seront prises à leur encontre sous prétexte d’une prétendue interruption de travail préméditée ». Des sanctions qui peuvent aller des ponctions sur leurs salaires à l’application de la procédure d’abandon de poste et leur radiation de la fonction publique.

Un choix personnel
Selon l’organisation syndicale, le vaccin contre le Covid-19 demeure un choix personnel et estime que les affirmations selon lesquelles les non vaccinés présentent un danger pour la santé publique dans les administrations ne sont pas fondées. A l’en croire, toutes les études et rapports publiés par les organismes de santé récusent ces allégations. Elle demande par ailleurs au chef du gouvernement de revoir l’article 3 du décret relatif à l’instauration de l’état d’urgence sanitaire afin « de suivre une méthodologie conforme à la loi qui rompt avec la prise de mesures sanitaires via des communiqués ambigus et improvisés ».

Cette sortie de l’union syndicale des fonctionnaires intervient quelques jours après la publication d’une circulaire du ministère de la Transition numérique et de la réforme de l’administration le 2 février 2022, dans laquelle il demande aux fonctionnaires non vaccinés de prendre les doses nécessaires dans un délai de sept jours. Et ceux qui ne respecteront pas ces mesures seront interdits d’accès à leur travail et seront considérés comme ayant abandonné leur poste et des mesures disciplinaires seront prises à leur égard. « Les fonctionnaires non vaccinés en raison d’une contre-indication médicale, ainsi que ceux en cours de vaccination, doivent en attester », précise-t-il, non sans préciser que « le ministère attribuera une autorisation temporaire d’accès au lieu de travail pour les personnes ayant effectué leur première ou deuxième dose ». D’après le ministère, cette décision a été prise par le gouvernement après avoir constaté la non-conformité des fonctionnaires avec les mesures préventives mises en place dans les administrations et établissements publics pour éviter la propagation du Covid-19.