Partis : Le PAM recadre sa feuille de route

C’est la première session du conseil national du Parti authenticité et modernité depuis qu’il a rejoint la majorité et fait partie du gouvernement formé le 8 septembre 2021. C’est aussi une session extraordinaire ayant permis de compléter les structures du parti, notamment le bureau politique. Cette session à laquelle ont pris part ce samedi 27 novembre 2021 à Marrakech moins d’une centaine de membres ès qualité en présentiel, le reste des membres ont suivi les travaux en distanciel, à cause des mesures restrictives liées la pandémie du Covid obligent.

Deux remarques sont à signaler d’abord. Le discours du secrétaire général du parti, Abdellatif Ouahbi qui a appelé les pamistes à accompagner l’expérience gouvernementale et à adapter leur discours en conséquence, a été marqué par l’attaque en direction de l’USFP. « Un parti que je respecte » dit-il mais qui a été saboté par sa direction actuelle. « Nous n’avons pas opposé notre veto contre aucun parti. La participation de l’USFP n’a pas été évoquée lors des discussions avec le chef du gouvernement désigné…. » a dit M. Ouahbi en réaction à ce qu’avait déclaré le premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar qui avait accusé le PAM de s’être opposé à la participation de sa formation au gouvernement. Deuxième remarque, une absence de taille, celle de Fatima Zahra Mansouri, présidente du conseil national qui pour des raisons de santé n’a pu être présente mais a envoyé une allocution qui a été lue en son nom.

Dans le communiqué sanctionnant les travaux de ce conseil, le parti appelle ses militants à assumer leur pleine responsabilité et à se mobiliser constamment pour enrichir l'expérience gouvernementale actuelle et réunir les conditions nécessaires pour assurer sa réussite, et à contribuer fortement à la concrétisation des attentes et aspirations du peuple marocain notamment au développement et à la justice sociale. Cela va dans le sens de ce qu’avait proposé la présidente du conseil national, par ailleurs ministre de l’Urbansime et de l’Habitat, Mme Mansouri ; Elle avait notamment déclaré que "notre responsabilité gouvernementale nécessite la réussite de notre expérience ministérielle dans de nombreux secteurs", ajoutant que le défi demeure que le bilan dans les différents départements ministériels confiés au parti soit honorable. La présidence de nombreux conseils communaux et régions par le PAM exige « que nous œuvrions dans un cadre de proximité, de célérité et d'efficacité pour la réalisation des projets, en adoptant un plan clair pour booster l'investissement, redynamiser l’économie et faire preuve de créativité pour générer des opportunités de développement et promouvoir l’économie sociale et solidaire ». Cette session a été marquée par la présentation du rapport de la commission électorale nationale et l'approbation du règlement intérieur du parti, ainsi que par le parachèvement des structures du Conseil national (vice-présidents) et la formation du Bureau politique.

Ainsi, plusieurs ministres du gouvernement Akhannouch ont été faits membres du BP. Il s’agit de Leila Benali (Transition énergétique), Ghita Mezzour (Transition numérique), Abdellatif Miraoui (Enseignement supérieur) et Younes Sekkouri (Inclusion économique). Le bureau politique est ainsi composé de Abdellatif Ouahbi (secrétaire général), Leila Benali, Ghita Mezzour, Abdellatif Miraoui, Younes Sekkouri, Fatima Zahra Mansouri, Mehdi Bensaïd, Rachid Abdi, Adil Barakat, Abdenbi Beioui, Samir Goudar, Ahmed Touizi, El Khamar Lamrabat, Ahmed Akhchichine, Mohamed Hamouti, Hicham Lamhajri, Najwa Koukouss, Leila Bligha, Mohamed Sabari, Larbi Lamharchi, Ibrahim Moujahid, Mohamed Admine, Ilham Essaki, Fatima Saâdi, Adib Benbrahim, Lalla El Hadja El Joumani et Salah Eddine Abou El Ghali.

Tous les participants aux travaux de ce conseil ont été unanimes à saluer les conditions de sa tenue et réitéré leur engagement à aller de l’avant. « Cette session a été couronnée d’un succès dépassant nos attentes. Il nous faut maintenant rester mobiliser pour mener à bien nos diverses missions, ministérielle, présidence de région ou de conseil communal selon notre engagement avec nos électeurs », déclare à Maroc Hebdo Samir Goudar, membre du bureau politique et président de la Région Marrakech Safi.