Parlement : Le PJD propose d’instaurer un “congé menstruel” pour les femmes

Le groupe de la Justice sociale au sein de la Chambre des conseillers, dont les membres ont été élus sous les couleurs du Parti de la justice et du développement (PJD), a déposé une proposition de loi visant à mettre en place un “congé menstruel” d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes travailleuses durant leurs règles.

D’après les membres du groupe parlementaire, “l’état de santé des femmes travailleuses durant leurs règles représente un défi, les difficultés rencontrées durant cette période constituent un obstacle à l’égalité professionnelle”. Concrètement, la proposition de loi vise à permettre aux femmes souffrant de règles douloureuses de s’absenter en accord avec leur hiérarchie, sans se trouver dans l’obligation de déposer un certificat médical pour justifier leur absence.

Si les chances de voir ce texte être adopté restent extrêmement faibles, l’initiative elle-même constitue une avancée considérable, alors que la question du “congé menstruel” fait encore ses premiers pas dans le débat même dans les pays occidentaux. Comme c’est le cas en Espagne, par exemple, où le gouvernement de gauche a déposé, le 17 mai dernier, un projet de loi qui, en cas d'adoption, ferait du voisin ibérique le premier pays en Europe à instaurer un “congé menstruel”. Un constat qui rappelle que cette mesure est loin de faire l’unanimité, notamment car elle “remettrait en cause” le principe d'égalité entre hommes et femmes dans le milieu de travail, et soulève des craintes quant à l’impact sur le rendement.