Quand le parlement européen vote contre les intérêts du Maroc

ACCORD DE PÊCHE, ACCORD AGRICOLE...

L’histoire de nos relations avec l’Europe nous apprend que le parlement européen avait par le passé adopté des résolutions contre le Royaume.

Ce n’est pas la première fois que le parlement européen vote une résolution contre le Maroc. L’histoire de nos relations avec l’Europe nous apprend que le parlement européen avait par le passé adopté des résolutions qui vont à l’encontre des intérêts suprêmes du Royaume.

L’une d’entre elles remonte au 14 décembre 2011 lorsque le parlement européen avait bloqué la prolongation de l’accord de pêche signé entre le Maroc et l’Union européenne. Ce qui avait poussé le Royaume à répliquer vivement à cette résolution en demandant le départ immédiat des bateaux de pêche européens, opérant sur les eaux territoriales nationales. Les députés européens avaient expliqué à l’époque que prolonger l’accord de pêche dans les conditions proposées par la commission européenne n’était pas acceptable.

Argumentaire européen
Et ce dans la mesure où le rapport coût-bénéfice était faible pour l’union européenne et où la contribution des fonds européens au développement de la politique de pêche locale était très limitée. Mais la vraie raison de ce rejet est sans aucun doute le manque de preuves en termes d’avantages, tirés des fonds européens, pour la population locale du Sahara marocain. Un motif qui n’avait pas sa place dans l’argumentaire européen sachant que les autorités marocaines avaient, à plusieurs reprises, démontré aux députés européens tout le bénéfice que les populations sahraouies tirent de cet accord de pêche.

L’autre fois où le parlement européen avait voté contre les intérêts du Maroc était en février 2018 lorsqu’il avait soutenu la décision de la cour de justice européenne qui a demandé la suspension de l’accord de pêche et l’accord agricole, estimant que ces deux accords ne devaient pas couvrir les territoires sahariens en raison du conflit opposant le Maroc au front Polisario. Mais après d’âpres négociations entre le Maroc et l’Union européenne, les deux accords ont été finalement autorisés par le parlement européen qui a procédé à leur adoption à l’unanimité.

Articles similaires