Le pape à la rencontre des chrétiens du Maroc

Pour sa deuxième et dernière journée au Maroc, le Pape François s’est rendu, ce dimanche 31 mars 2019, à Témara pour visiter un d’un Centre des œuvres sociales avant de retourner à Rabat pour rencontrer le Conseil œcuménique des Églises et présider une messe devant des milliers de fidèles.

Journée chargée pour le pape François, ce dimanche 31 mars 2019. Le souverain pontife a, en effet, rencontré, à Témara, plusieurs membres et bénévoles d’un Centre des œuvres sociales dont le siège se situe dans la commune rurale de Mers El Kheir. Accompagné d’une importante délégation composée notamment d’éminentes personnalités du Saint-Siège et de Monseigneur Vito Rallo, ambassadeur de la Nonciature Apostolique du Vatican à Rabat, le Pape François a rencontré à cette occasion plusieurs enfants en situation de handicap et a entendu les témoignages de leurs parents qui ont exprimé leur gratitude aux sœurs dirigeantes du centre. Le souverain pontife a également assisté à une représentation de chants des enfants amis du centre qui ont gratifié le Pape François et sa délégation par un florilège de chants d’accueil. Le pape François est ensuite retourné à Rabat pour une rencontre avec les prêtres, les religieux et religieuses, les consacrés et le Conseil œcuménique des Églises. Le pape en a profité pour saluer chaleureusement Jean-Pierre Schumacher (94 ans), dernier survivant de la communauté des moines de Tibhirine (Algérie), qui vit actuellement au monastère Notre-Dame de l'Atlas, à Midelt. Le souverain pontife a ensuite prononcé une allocution dans laquelle il a salué le climat dans lequel les chrétiens exercent leur culte au Maroc, un climat qui contribue à renforcer le dialogue, la coopération et l’amitié entre les chrétiens et les musulmans, appelant à rejeter toutes les tentatives d’utiliser les différences et l’ignorance pour semer la peur et la haine. Par la suite, le pape a salué symboliquement une religieuse et le doyen des prêtres du diocèse avant de présider une messe privée.

Mais sa principale activité de la journée, le pape François s’est rendu à la salle couverte du Complexe Moulay Abdellah de Rabat pour une messe géante devant plusieurs milliers de fidèles dans une ambiance très festive, chantant et tapant des mains pour marquer les rythmes africains. La foule, majoritairement composée de subsahariens, réunissait aussi des Européens -des familles, des seniors, des jeunes- et des Philippins. On pouvait aussi croiser dans les croisées quelques Marocains, dont un grand nombre de policiers en civil.

Le chef des 1,3 milliard de catholiques dans le monde a fait le choix de parler en espagnol. La joie de se savoir aimé de Dieu est un « pur don » qui demande de dépasser toutes considérations de condition, a affirmé le pape François lors de son homélie au cours de la messe de conclusion de son voyage apostolique.

Il a, une nouvelle fois, plaidé dans son prêche pour la tolérance religieuse et la coexistence pacifique des croyants. « La tentation de croire en la haine et en la vengeance comme moyens légitimes d'assurer la justice de manière rapide et efficace, nous menace toujours », a-t-il dit. « Changer vos cœurs, chassez vos peurs », a entonné le chœur tandis que le pape saluait plusieurs officiels marocains en tenue traditionnelle, djellaba blanche et tarbouche rouge, dont les ministres de l'Intérieur, des Affaires étrangers et des Affaires islamiques, mais aussi des représentants de la communauté juive. Le souverain pontife a quitté le Maroc après la messe, célébrée 34 ans après la venue de Jean-Paul II en 1985.

Par notre envoyé spécial, Mohamed Darouiche


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case