La pandémie menace la sécurité alimentaire au Maroc

Une étude scientifique analyse l’impact négatif de la crise sanitaire sur le secteur agricole

Cette étude vise à analyser et discuter de l’impact de la pandémie de Covid-19 sur l’agriculture, l’approvisionnement alimentaire et la sécurité alimentaire au Maroc. Il en ressort que la pandémie a entraîné plusieurs effets négatifs ayant directement et indirectement menacé la sécurité alimentaire du Maroc.

La pandémie du Covid-19 et les restrictions sanitaires gouvernementales ont eu de sérieuses répercussions sur l’économie marocaine en général et sur l’agriculture en particulier, selon une étude publiée dans le numéro d’octobre 2021 de la Revue internationale de responsabilité financière, d’économie, de gestion et d’audit, par Houria Ettouile et Fatima Arib, deux chercheuses à l’Ecole nationale du commerce et de la gestion (ENCG), de l’Université Cadi Ayyad de Marrakech.

Intitulée «Impacts du Covid-19 sur l’agriculture, les prix des denrées alimentaires et la sécurité alimentaire au Maroc», cette étude, basée sur l’analyse des donnés de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ainsi que sur des études réalisées sur le sujet, arrive à la conclusion que la pandémie a «gravement touché le secteur agricole marocain, qui contribue de manière significative au PIB, en raison de la suspension des activités agricoles et de la restriction du commerce des produits agricoles et de la main-d’oeuvre agricole». De plus, la crise a «principalement affecté les importations de denrées alimentaires», en raison des mesures protectionnistes de certains pays européens ayant mis à l’arrêt leurs exportations alimentaires.

Les deux chercheuses ont pu déduire, en outre, que la pandémie a influencé les ventes de produits agricoles et les chaînes d’approvisionnement alimentaire: «Les mesures de confinement ont impacté la plupart des acheteurs de ces produits tels que les restaurants, les hôtels, les écoles et les grands centres commerciaux». Chose qui n’a pas manqué de faire subir aux producteurs des pertes considérables ayant affecté leurs revenus.

Diminuer les importations
Sous un autre angle, l’étude reconnaît aussi que les effets néfastes de cette crise sanitaire ont été jugulés grâce au Plan Maroc Vert (PMV), lancé en 2008, qui a stimulé l’émergence d’une agriculture à forte productivité et les investissements privés. Cette stratégie agricole a été appuyée par «la politique visionnaire des barrages dans les premières années de l’Indépendance».

L’étude conclut par des recommandations susceptibles d’estomper l’impact négatif d’une pandémie comme celle du Covid-19 ou d’une pandémie d’une nature autre sur la sécurité alimentaire du pays. Elle préconise notamment d’engager des études scientifiques visant à pointer du doigt les freins organisationnels, économiques et environnementaux du secteur agricole, des éleveurs et des aviculteurs avant de leur trouver les solutions adéquates.

Parmi les solutions envisagées par les deux chercheuses, on cite la nécessité de diminuer les importations de produits alimentaires et la mise en place de stratégies efficaces qui permettraient d’atteindre véritablement l’autosuffisance alimentaire, tout en passant sous la loupe les politiques publiques sectorielles antérieures et actuelles afin d’identifier les choix les plus probants pour le secteur agricole.

Articles similaires