L'impact de la pandémie sur les programmes d'études des étrangers au Maroc

Sale temps pour les associations

Alors que les programmes d’études des étrangers au Maroc ont cessé sous les restrictions de voyage dues au coronavirus, la programmation de cours à distance offre aux étudiants la possibilité de continuer l’apprentissage dans notre pays.

Pendant des années, le Maroc a a accueilli une variété de programmes d’échanges internationaux, d’étudiants à l’étranger et de voyages scolaires. Aujourd’hui, au milieu de la pandémie mondiale de coronavirus, le domaine de l’éducation internationale est à la recherche de solutions pour maintenir les opportunités d’apprentissage. Chaque année, le Moroccan Center for Arabic Studies (MCAS) encadre de 100 à 500 étudiants étrangers au Maroc pour des études de langues et des programmes de stages bénévoles. Ali Bensebaa, directeur des programmes du MCAS, explique ainsi «chercher des solutions pour rester à flot et offrir quelque chose qui a de la valeur aux étudiants ».

De nombreuses organisations qui facilitent les programmes au Maroc pour les étudiants étrangers tentent d’élaborer une nouvelle approche et d’offrir aux étudiants des expériences alternatives. Bien qu’il soit impossible de remplacer simplement l’expérience des cours présentiels et dans le pays, de nombreuses associations exploitent le potentiel de la technologie afin de répondre aux demandes d’apprentissage interculturel et de faire avancer leurs organisations en attendant le retour à la normale.

De son côté, l’association Where There Be Dragons (WTBD) a annulé tous ses programmes pour l’année 2020. Le Maroc est l’un des 15 pays dans lesquels cette organisation basée aux États-Unis gère des programmes, offrant aux étudiants du monde entier la possibilité de se déplacer pendant un été ou un semestre «du Maroc à travers les montagnes de l’Atlas, les villes anciennes et les villages ruraux». L’association espère reprendre ses programmes avec des modifications limitées ou importantes d’ici le début de 2021, en attendant la fin des restrictions de voyage et le protocole de gestion des risques.

Programmation virtuelle
L’organisation américaine à but non lucratif AMIDEAST a également été contrainte d’évacuer un certain nombre d’étudiants du Maroc en mars. Le programme d’éducation à l’étranger d’AMIDEAST permet aux étudiants des États-Unis de se rendre au Maroc pour des études linguistiques et culturelles. Avant la pandémie de coronavirus, AMIDEAST facilitait l’expérience de 85 étudiants américains au Maroc. L’impact des programmes annulés, du faible taux d’inscription des étudiants et de la perte globale de revenus a mis certaines organisations dans une situation précaire. De nombreux administrateurs, éducateurs et partenaires ont perdu leur emploi ou subi d’importantes réductions de salaire.

Ces organisations font de leur mieux pour être flexibles et conscientes des enjeux à l’avenir. Ainsi, AMIDEAST continue d’offrir des cours d’anglais, des conseils académiques, des tests et des programmes de développement visant à soutenir les Marocains souhaitant étudier à l’étranger ou acquérir des compétences générales professionnelles. La situation actuelle crée un espace pour d’autres solutions innovantes et des améliorations de la programmation virtuelle et des échanges. Du côté positif, ces nouvelles opportunités peuvent offrir aux étudiants la chance de mieux comprendre la riche culture, la langue et l’histoire du pays