La pandémie du Covid-19 continue de sévir

HAUSSE ALARMANTE DES CONTAMINATIONS

Avec environ 4.000 cas actifs, le Maroc enregistre le nombre le plus élevé depuis la détection du premier cas, le 2 mars dernier. Une évolution à imputer à la généralisation des tests dépistage massif.

La situation sanitaire dans notre pays ne cesse de se dégrader malgré les assurances du ministre de la santé, Khalid Aït Taleb. Le nombre des cas actifs, c’est-à-dire les malades hospitalisés, est monté à environ 4.000, vendredi 3 juillet 2020. Soit le nombre le plus élevé depuis la détection du premier cas, le 2 mars 2020. Le ministre de la santé, dans un communiqué rendu public, samedi 27 juin dernier, affirme que 98% des cas actifs sont asymptomatiques, c’est-à-dire, ne présentant aucun signe clinique de la maladie. Les chiffres de contamination, bien qu’ils paraissent élevés, sont, selon le ministre, la conséquence logique de la généralisation des tests de dépistage.

D’où l’apparition de foyers importants dans plusieurs usines et unités industrielles. La généralisation des tests de dépistage est considérée comme un moyen qui a pour finalité de détecter précocement les malades, les isoler et les soumettre ainsi au protocole thérapeutique. Plus on dépiste, plus les nouveaux cas se multiplient. Mais, il y a encore un mystère qui entoure le niveau de danger de contamination imputé aux cas asymptomatiques. Alors que la plupart affirment que ces cas, «très vicieux», transmettent le virus même en cas d’absence des symptômes, une étude réalisée dernièrement par l’OMS révèle que les cas asymptomatiques ne transmettent pas le virus. Une révélation à prendre avec beaucoup de précaution mais qui pourrait constituer un élément de soulagement pour beaucoup de personnes qui vivent, au quotidien, avec la peur d’être contaminés. Une chose est sûre, en tout cas: le virus circule encore à une vitesse grand V chez nous et dans le monde.

Des horizons plutôt favorables
Avec plus de 10 millions de personnes contaminées et plus de 500.000 morts dans le monde, le Covid-19 provoque l’une des pandémies les plus mortelles et les plus dangereuses dans l’histoire de l’humanité. La planète entière est mise à terre par ce virus microscopique décrit comme mutant et non encore maitrisé par les scientifiques. Un virus pour lequel aucun traitement spécifique ni aucun vaccin ne sont encore trouvés. Un échec retentissant pour les scientifiques qui demeurent encore dans l’incapacité de juguler la pandémie.

Si la chloroquine et l’Azitromycine ont pu sauver plus de 9.000 vies au Maroc, suite à une sage décision prise très tôt par les autorités sanitaires d’adopter ce protocole thérapeutique contre le Covid-19, dans d’autres pays, c’est le chaos total. Notamment aux Etats-Unis, au Brésil et en Russie, où le nombre de morts a atteint des niveaux incalculables. Au Maroc, malgré la hausse des chiffres, l’on peut se rassurer, au moins, d’avoir une situation beaucoup moins chaotique que dans ces trois pays, avec des horizons de sortie de crise plutôt favorables.


Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger