Les Palestiniens de Gaza sous les bombardements aveugles de l’armée israélienne : Le véritable “pogrom’’

Les tueries d’enfants, de femmes, d’innocents, les colonies en extension permanente… S’il y a extermination, c’est celle progressive, au quotidien, que mène Israël contre le peuple palestinien.

Le lancement samedi 7 octobre 2023 par la branche armée du Hamas d’une opération militaire baptisée «Déluge d’Al-Aqsa» et la riposte israélienne à travers l’opération «Sabres d’acier» ciblant des civils palestiniens dans la bande de Gaza ont jeté la confusion dans certains esprits.
L’agresseur devient l’agressé et l’agressé l’agresseur. Grâce à la machine de propagande occidentale qui lui est toute acquise, Israël a, une fois encore, réussi à véhiculer l’idée de l’extermination du peuple juif. Toute l’histoire sur le danger d’un nouveau “pogrom’’, terme employé notamment par la rabbine et écrivaine Delphine Horvilleur, a été fomentée de toutes pièces voire enflée à volonté par les Israéliens, notamment depuis la guerre de 1967, pour justifier l’annexion de nouveaux territoires palestiniens et arabes. Ne nous trompons pas de cause.

Le Hamas a exprimé l’oppression d’un peuple palestinien en lutte depuis un siècle  contre la négation de ses droits et pour la liberté face à un déni international. Nombreux sont ceux qui ne partagent pas l’idéologie du Hamas, soutenu par l’Iran, mais avant lui, il y avait tant de mouvements qui défendaient l’indépendance de la terre de la Palestine, l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), qui incarnait, à sa création en 1964, le mouvement national palestinien, et sa principale composante, le Fatah de Yasser Arafat, qui a, dans l’histoire, conduit la lutte armée. Le problème n’est pas le Hamas. Demain, il y aura peut-être un mouvement encore plus extrême qui le supplantera, en défendant la même cause juste des Palestiniens.

Car s’il y a extermination, et extermination il y a, c’est celle progressive, affichée et sournoise, que mène Israël contre le peuple palestinien. Elle est ancienne et est toujours en cours. Les tueries d’enfants, de femmes, d’innocents, la politique d’apartheid appliquée dans les camps palestiniens, les colonies en extension permanente… Comment peut-on appeler tout cela si ce n’est de l’extermination systématique ! Et le tout passe sous le silence, voire avec la complicité d’une partie de la communauté internationale et de l’Occident, les Etats-Unis en tête. Ce même silence qui a été, depuis des décennies et à ce jour, observé face aux massacres et agressions de l’armée israélienne contre la population palestinienne.
Le communiqué officiel du Maroc ne remet pas en cause la légitimité du Hamas mais condamne les attaques contre les civils. Il condamne également le blocage méthodique par Israël de tout processus de paix. La résultante est cette violence, contre-violence et représailles auxquelles on assiste. Il n’y a et n’y aura de paix sans reconnaissance définitive des droits légitimes du peuple palestinien, sans un Etat palestinien indépendant et internationalement reconnu avec  Al-Qods comme capitale.

Le Maroc n’a jamais cessé de le revendiquer, même après avoir signé l’accord tripartite avec Israël et les Etats-Unis en décembre 2020. S.M. le Roi Mohammed VI a toujours rappelé qu’un tel accord ne pourrait se faire au détriment de la cause palestinienne et du peuple palestinien, en dépit du jeu malsain de certaines figures palestiniennes cherchant vainement à nous intimider au sujet de la politique de normalisation avec Israël. Tant que l’Etat de Palestine n’est pas déclaré, la situation va continuer à s’embraser à Gaza assiégée, coupée de vivres, d’eau et d’électricité, où 2 millions d’âmes sont sous les bombardements aveugles des soldats israéliens. N’est-ce pas là de l’extermination?!

Articles similaires