LA PAGE NETANYAHU DÉFINITIVEMENT TOURNÉE EN ISRAËL ?

LA KNESSET VOTE UN NOUVEAU GOUVERNEMENT

Le nouveau Premier ministre, Naftali Bennett prend les rênes d’un gouvernement hétéroclite de 26 ministres, représentant la gauche, le centre et la droite, ligués par leur seule volonté de chasser du pouvoir Benjamin Netanyahu.

Après 12 ans de règne ininterrompu de Benjamin Netanyahu, Israël s’est réveillé, lundi 14 juin 2021, avec un nouveau Premier ministre, l’ultra-droitier Naftali Bennett, qui va devoir rapidement prendre ses marques à la tête d’une coalition hétéroclite sans direction claire face aux nombreux défis, souligne l’AFP.

Avec 60 députés pour la «coalition du changement » et 59 contre, sur 120 à la Knesset, le Parlement a définitivement tourné, dimanche 13 juin 2021, la page Netanyahu, Premier ministre le plus pérenne de l’histoire d’Israël. Mais la scission claire au Parlement risque de rendre la tâche dure à l’équipe ministérielle.

Agé de 49 ans, M. Bennett prend les rênes d’un gouvernement hétéroclite de 26 ministres, représentant la gauche, le centre et la droite, ligués par leur seule volonté de chasser du pouvoir M. Netanyahu, jugé pour corruption, précise l’agence AFP. Les membres de coalition devront ainsi trouver un terrain d’entente sur plusieurs questions comme la relance économique et le conflit israélo- palestinien.

Scission parlementaire
Leur premier test sera le mardi 15 juin 2021. Ils seront confrontés au défi d’une marche controversée prévue par l’extrême droite à Jérusalem-Est. Le mouvement palestinien Hamas a menacé de représailles si cette marche se tenait près de l’esplanade des Mosquées, théâtre de violentes manifestations en mai 2021 et ayant conduit à une guerre de 11 jours entre le Hamas et Israël.

Au pouvoir à Gaza, Hamas a jugé que le nouveau gouvernement en Israël ne changeait «rien». Réagissant au départ de Benjamin Netanyahu du pouvoir, le commentateur politique Ben Caspit a affirmé dans le quotidien Maariv qu’il s’agit «d’un nouveau jour. C’est le matin d’un travail difficile, parfois digne des travaux de Sisyphe, pour reconstruire des ruines», rapporte l’AFP. «Le souhait de nombreux Israéliens est de vivre en paix, sans incitation à la violence, sans haine et surtout sans les mensonges interminables que Netanyahu a laissés en héritage», poursuit-il.

A l’étranger, les félicitations se sont multipliées. Le président américain Joe Biden a dit avoir «hâte de travailler» avec M. Bennett, à qui il a parlé au téléphone. L’Allemagne a déclaré souhaiter coopérer «étroitement» avec le nouveau gouvernement et la France a dit être «prête à accompagner tout effort permettant une reprise du dialogue entre Israéliens et Palestiniens». En revanche, l’Iran a indiqué «ne pas penser que la politique du régime d’occupation à Jérusalem changera avec l’arrivée de telle personne ou le départ de telle personne».

Articles similaires