Préparatifs de l'opération "Marhaba 2022": Le Maroc et l’Espagne se mobilisent

La commission mixte maroco-espagnole s’est réunie le 5 mai 2022 à Rabat pour aborder les préparatifs de cette grande opération, notamment les moyens humains et logistiques.

Après le gel, place au dégel. Suspendue ces deux dernières années à cause du Covid-19 et de la brouille diplomatique antérieure entre le Maroc et l’Espagne, l’opération Marhaba signe son retour cette année. Pour préparer ce transit d’une grande envergure, la commission mixte maroco-espagnole s’est réunie le 5 mai 2022 à Rabat, avec notamment la participation de Khalid Zerouali, directeur de la migration et de la surveillance des frontières, et Isabel Goicoechea Aranguen, sous-secrétaire d’État espagnole à l’Intérieur.

Objectif: peaufiner les derniers réglages à deux mois de l’évènement qui devrait se dérouler du 15 juin au 15 septembre 2022. «Cette réunion intervient dans le cadre de la mise en oeuvre de la feuille de route élaborée lors de la visite au Royaume en avril 2022 de Monsieur Pedro Sanchez, Président du Gouvernement espagnol», indique un communiqué conjoint. D’après les deux parties, les mesures relatives à la fluidité, la sécurité et sûreté, les mesures d’assistance et de proximité, les actions de communication ainsi que les mesures de prévention et de vigilance à l’aune du contexte épidémiologique ont été abordées.

Moyens logistiques
L’aspect logistique sera évidemment d’une importance capitale pour accueillir les centaines de milliers de Marocains résidant à l’étranger (MRE) dans les meilleures conditions. «Des moyens logistiques importants et des effectifs renforcés ont également été mobilisés au niveau des ports et aéroports avec un dispositif d’envergure d’assistance sociale et d’accompagnement assuré par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité à l’étranger et au Maroc», précisent-elles. Les deux pays prévoient aussi de renforcer la coordination entre les points focaux pour une bonne circulation de l’information et d’anticiper sur certains aspects liés à la gestion des journées de pic, à l’interchangeabilité des billets et à la lutte contre la spéculation au niveau des prix de traversées maritimes.

En Espagne, les autorités ont déjà pris les devants. Pas moins de 14.870 agents de police et de la garde civile seront mobilisés pour cette opération, selon Isabel Goicoechea Aranguen. Un important dispositif opérationnel, parce que l’enjeu en vaut la chandelle. Cette traversée des MRE entre les deux rives de la Méditerranée constitue une manne financière considérable pour les ports espagnols. Les chiffres le confirment. 3 millions de passagers et 760.215 véhicules y ont transité durant l’opération de 2019. Le port d’Algésiras se taille la part du lion puisque ce passage estival permet aux treize agences de voyage qu’il accueille de réaliser des bénéfices de près de 30 millions d’euros sur une seule saison.

Pour mesurer l’impact de ce trafic, il faut jeter un coup d’oeil sur les statistiques après la reprise du trafic maritime entre les deux pays depuis le 12 avril 2022. 26.698 personnes et 3927 véhicules ont embarqué depuis ce port à destination de Tanger, au cours des dix premiers jours qui ont suivi cette réouverture des frontières, d’après l’Union des agences de voyages d’Algésiras, qui précise que 18.380 voyageurs et 1.754 véhicules ont emprunté le sens inverse à partir de Tanger durant le même intervalle.