L'opération Marhaba 2021 compromise

FLAMBÉE DES PRIX DE BILLETS

L’exclusion des ports espagnols de l’opération Marhaba 2021 est tombée comme un couperet sur les 4 millions de Marocains installés en Europe, en particulier ceux basés en Espagne. Un vrai casse-tête à gérer pour ces Marocains face à une absence de mesures d’accompagnement de la part du gouvernement marocain.

Le maintien de l’opération Marhaba 2021 a été saluée par les Marocains résidant à l’étranger (MRE). Après une séparation de leurs proches de plus d’un an, ils pourront enfin regagner leur patrie et passer la fête de l’Aïd El Kebir dans une ambiance familiale.

Après l’annonce de l’ouverture partielle et sous conditions des frontières marocaines, plusieurs de ces MRE ont exprimé toutefois leur mécontentement. Pour cause, les ports espagnols ont été exclus de l’opération Marhaba 2021. L’information est tombée comme un coup de massue sur les 4 millions de Marocains installés en Europe, en particulier en Espagne, et qui effectuent chaque année la traversée par voie maritime.

Dorénavant, les MRE auront le choix, à partir du 15 juin 2021, de se rendre au Maroc à partir des ports de Sète et Marseille en France et celui de Gênes en Italie. «On ne peut pas aller jusqu’en France pour prendre un ferry, alors que nous sommes à seulement 200 km du Maroc. Ça va nous coûter extrêmement cher.

Le gouvernement aurait dû prendre des mesures avant d’exclure les ports espagnols de l’opération Marhaba», nous déclare une Marocaine installée dans le sud de l’Espagne et qui a pris la décision d’annuler son voyage au Maroc cette année. En effet, un billet (aller-retour) de la compagnie GNV depuis le port de Sète en France devra coûter à une famille avec deux enfants pas moins de 20.000 dirhams, soit près de quatre fois le prix d’une traversée Espagne-Maroc.

Des mesures urgentes
Même constat du côté du transport aérien. Sur le site de Royal Air Maroc, cette même famille devra débourser plus de 15.000 dirhams pour un vol aller-retour Barcelone- Casablanca à partir du 17 juin 2021. Un vol Paris-Casablanca est facturé à plus de 17.000 dirhams.

Face à ces prix exorbitants, plusieurs associations de Marocains résidant à l’étranger ont adressé des lettres au gouvernement marocain l’appelant à prendre des mesures urgentes d’accompagnement afin de leur permettre de regagner leur patrie dans les meilleures conditions.

Parmi leurs propositions, la subvention de lignes maritimes et aériennes, la négociation avec le port de Gibraltar pour la mise en place de plusieurs routes maritimes, la location de ferrys pour permettre au plus grand nombre de Marocains de se rendre au Maroc et l’ouverture du ciel marocain à d’autres compagnies aériennes en plus de Royal Air Maroc et Air Arabia..

Plusieurs ne visiteront pas le Maroc, ce qui représentera un manque à gagner non négligeable pour les opérateurs touristiques marocains. Même ceux qui auront la chance de visiter le Maroc seront plus regardants en termes de dépenses, vu qu’ils ont misé une fortune pour leur transport.

Articles similaires