L'ONSSA révèle une maladie végétale touchant la tomate et les poivrons

Quels dangers pour la santé des consommateurs marocains?

15ème producteur mondial avec 1,4 million de tonnes en 2019, le secteur de la tomate fait face à une nouvelle maladie végétale qui pourrait affecter la production de ce produit pour cette année. Pour leur part, aussi bien l’ONSSA que la Comader montrent des signes rassurants quant à la maîtrise de la situation.

Sale temps pour le secteur de la tomate au Maroc. Alors qu’elle est considérée comme le produit agricole le plus consommé par les Marocains, surtout pendant le mois de Ramadan, la tomate marocaine traverse actuellement une crise profonde liée à la découverte d’une nouvelle maladie végétale spécifique à ce produit.

C’est l’office national de la sécurité sanitaire des produits alimentaires qui a révélé l’apparition de cette maladie. Mais l’ONSSA, comme à son habitude, tient à rassurer que cette maladie ne présente aucun danger pour la santé des consommateurs. Une assurance qui ne semble pas convaincre les consommateurs effrayés à l’idée d’en acheter surtout que l’office ne présente pas beaucoup de détails par rapport aux caractéristiques de cette maladie ni sur sa capacité de nuisance sanitaire. Tout ce que l’on sait, c’est que la nouvelle maladie, outre la tomate, touche aussi le poivron.

On sait aussi que cette maladie végétale est présente dans plusieurs régions du monde depuis 2014, notamment en Europe, en Amérique et en Asie. Aussi et afin de limiter les répercussions de cette maladie, l’ONSSA s’est réuni avec les professionnels du secteur et les a sensibilisés à l’importance des mesures à respecter, notamment les mesures de biosécurité.

Déterminer la traçabilité des semences
Dans ce cadre, l’ONSSA a élaboré un plan d’action précisant les moyens de prévention à mettre en place au niveau des exploitations agricoles et des pépinières à l’égard de cette maladie végétale ainsi que les mesures à appliquer en cas de confirmation de sa présence.

Par ailleurs, l’ONSSA note que dans le cadre de la protection phytosanitaire du patrimoine végétal national, l’office soumet systématiquement toutes les semences végétales à des analyses de laboratoire pour s’assurer qu’elles sont indemnes de toute maladie végétale transmise par les semences, avant d’autoriser leur introduction sur le territoire national. Dans ce cadre, l’ONSSA précise que les investigations sont en cours pour déterminer la traçabilité des semences utilisées qui sont à l’origine de l’introduction de cette maladie végétale dans les exploitations agricoles concernées.

Du côté de la confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural, Comader, son président, Mohamed Ammouri, se veut rassurant quant à cette maladie et évoque une confiance dans le travail d’investigation et de contrôle effectué par l’ONSSA. «Nous suivons à la lettre les consignes de l’ONSSA quand une maladie agricole survient mais pour le moment, la situation pour les exploitants agricoles est maîtrisée», estime M. Ammouri. Il ajoute que les experts de l’ONSSA sont à pied d’oeuvre pour enrayer cette maladie avant que son ampleur ne s’étende à toutes les régions agricoles du Royaume.