ON EST LES CHAMPIONS!

CHAMPIONNAT D’AFRIQUE DES NATIONS DE FOOTBALL

Pour la deuxième fois consécutive, les Lions de l’Atlas remportent le CHAN, compétition destinée aux footballeurs locaux du continent. Avec le sélectionneur Houssine Ammouta aux manettes et le “Rajaoui” Soufiane Rahimi à la baguette.

Le Maroc est donc devenu ce dimanche 7 février 2021, suite à sa victoire par deux buts à zéro face au Mali au Stade Ahmadou-Ahidjo de Yaoundé, capitale du Cameroun, le premier pays à remporter deux fois consécutives le Championnat d’Afrique des nations (CHAN) de football. Un exploit qui a valu au sélectionneur national Houssine Ammouta un appel personnel du roi Mohammed VI pour le féliciter de “la belle prestation du onze national”, selon ce qu’a rapporté dans une dépêche la Maghreb arabe presse (MAP).

“Le Souverain a exprimé sa fierté quant à cette belle réalisation pour le sport marocain,” a poursuivi l’agence. Jamal Sellami avait, trois ans plus tôt, également eu droit à un échange téléphonique avec le chef de l’État, lui auquel le président de la Fédération royale marocaine de football (FMRF), Fouzi Lekjaâ, avait confié le soin de cornaquer la sélection locale au CHAN qu’avait alors accueilli le Royaume après que le Kenya s’en était vu retirer l’organisation par la Confédération africaine de football (CAF).

Et il faudrait croire que le Maroc a même les moyens de réaliser la passe de trois: si l’on prend en compte la copie globale des poulains de M. Ammouta, l’on ne peut que se rendre au fait que rares sont sans doute les championnats africains à pouvoir donner des joueurs de l’acabit de ceux de la Botola.

Ambitieuse stratégie
Une donne qu’illustrent déjà les succès enregistrés en club dans les compétitions continentales avec la Ligue des champions du Wydad de Casablanca en 2017 et la Coupe de la confédération du Raja de Casablanca et de la Renaissance de Berkane respectivement en 2018 et 2020: il n’y, à vrai dire, que l’Égypte et la Tunisie qui rivalisent aujourd’hui. Point, là, de hasard: le football national poursuit, depuis l’élection de M. Lekjaâ à la tête de la FRMF en avril 2014, une ambitieuse stratégie de réforme, qui outre, donc, les deux CHAN s’est répercutée, au niveau des sélections nationales, par la première qualification en vingt ans des Lions de l’Atlas à la Coupe du monde.

Le parcours des locaux, en Cameroun, n’a toutefois pas été exempt d’embûches: au vrai, les performances ont été même, au premier tour, poussives, avec une victoire par un but à zéro face au Togo grâce à un penalty généreux accordé par l’arbitre malgache Andofetra Rakotojaona et un nul insipide face au Rwanda. Le Maroc avait même été, vingt minutes durant, éliminé face à l’Ouganda, avant de renverser la vapeur et de finalement gagner par cinq buts à deux grâce, entre autres, à un superbe Soufiane Rahimi, désigné à juste raison sans doute meilleur joueur du CHAN et promis selon le bruit qui court à une lucrative expatriation footballistique aux Émirats et plus précisément dans la formation d’Al-Ain.

Le sociétaire du Raja, qui a également terminé meilleur buteur (cinq buts), aussi aidé par son coéquipier en club Abdelilah Hafidi ou encore le défenseur central du Hassania d’Agadir Soufiane Bouftini, qui a ouvert le score aussi bien en demi-finale qu’en finale, sera par la suite le grand artisan de la montée en puissance des Lions aux tours éliminatoires, où avant le Mali passeront à la trappe la Zambie (3-1) et le pays organisateur, le Cameroun (4-0). Avec huit titres désormais, M. Ammouta inscrit désormais, pour sa part, un peu plus son nom au panthéon du football national. Mérité.