Polémique sur l’octroi de visas Schengen : L'AMDH interpelle l’ambassadrice de l’UE au Maroc

L’Association marocaine des droits humains (AMDH) s’invite dans la polémique sur les restrictions notées dans l’octroi des visas Schengen au Maroc. Elle a transmis une lettre ouverte à l’ambassadrice de l’Union européenne au Maroc, Patricia Llombart Cussac, dans laquelle elle proteste contre «le traitement humiliant et dégradant des demandeurs de visas par les services consulaires des pays de l’Union européenne au Maroc». L’instance demande aussi aux services consulaires de ces chancelleries de donner les raisons du nombre important de refus des demandes de visas et à restituer les frais de dossier en cas de rejet. «Les frais sont destinés à l’obtention de visa, ne pas les rembourser en cas de refus est un abus», indique-t-elle, non sans leur rappeler les conventions et accords internationaux relatifs à la migration.

Pour Aziz El Ghali, président de l’AMDH, «les pays de l’Union européenne qui ont ratifié toutes ces conventions sont tenus devant la communauté internationale de respecter leurs engagements». Selon lui, l’objectif de cette lettre envoyée après avoir constaté plusieurs cas de rejets «non justifiés», est de rappeler aux représentations diplomatiques européennes la Déclaration universelle des droits de l’Homme, la Convention internationale relative aux droits civiles et politiques, et le Statut des étrangers émis par le Comité des droits civils et politiques sur la liberté de circulation. D’après l’AMDH, ces rejets multiples ne font qu’encourager l’intermédiation de courtiers pour obtenir des rendez-vous en échange de sommes d’argent conséquentes par des citoyens qui souhaitent un traitement diligent de leurs dossiers.

E.S