L'OCDE et l'IAE soulignent la nécessité d’accélérer la transition vers des énergies propres

Subventionner les combustibles fossiles, c’est inefficace

Au lieu de maintenir les distorsions du marché qui favorisent les combustibles polluants, il faut tout faire pour élargir l’accès aux énergies propres, en particulier pour les populations les plus vulnérables

Malgré l’engagement pris en 2009 par les pays du G20 de supprimer progressivement les subventions inefficaces aux combustibles fossiles, les grandes économies continuent de soutenir la production et la consommation de charbon , de pétrole et de gaz naturel à hauteur de centaines de milliards de dollars américains chaque année, argent qui serait mieux utilisé à développer des alternatives bas carbone et à améliorer l’efficacité énergétique, soulignent l’OCDE et l’AIE.

«En plus d’encourager la consommation de combustibles fossiles, les subventions aux combustibles fossiles sont un moyen inefficace de soutenir les ménages à faibles revenus par rapport aux avantages ciblés et tendent à favoriser les ménages plus riches qui utilisent plus de combustibles et d’énergie. En outre, le poids fiscal des subventions réduit la marge pour des actions politiques adéquates».

En effet, selon ces deux organisations internationales, les pays devraient s’abstenir d’augmenter les aides publiques aux combustibles fossiles en réponse à la flambée mondiale des prix de l’énergie et aux conséquences économiques de la pandémie. C’est ce qui ressort en substance d’un communiqué conjoint de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) et de l’Agence internationale de l’énergie (IAE).

Objectifs de développement
Par conséquent, «compte tenu de la menace existentielle que représente le changement climatique et la nécessité d’une relance verte, les pays devraient accélérer les investissements dans les infrastructures d’énergie propre et la création d‘emplois verts, ainsi que la réalisation des objectifs de développement durable des Nations unies, en particulier l’objectif 7, qui consiste à garantir l’accès de tous à une énergie abordable, fiable, durable et moderne », notent les deux organisations internationales.

Pour Mathias Cormann, secrétaire général de l’OCDE, à mesure que l’activité économique et la demande du carburant reprennent, notamment, du fait de la relance post-covid, «nous devons veiller à ce que le soutien aux combustibles fossiles continue à diminuer et que les dépenses de relance liées à la Covid-19 soient axées sur des mesures pour l’environnement et le climat».

«Le soutien face à la hausse des prix de l’énergie doit être conçu de manière à aider les plus vulnérables, tout en restant fidèle à nos engagements sur le climat», souligne–t-il avec force.