LA NOUVELLE GÉNÉRATION DE LA CNIE ENFIN VALIDÉE

UN DOCUMENT BIEN SÉCURISÉ

Le lancement de la nouvelle Carte nationale d’identité électronique (CNIE) était prévu en principe pour le début 2020 mais la pandémie de coronavirus l’a reporté. Ce mercredi, les autorités ont finalement validé cette nouveauté « qui répond aux aspirations des citoyens ».

Le Maroc se met enfin à la page avec la nouvelle CNIE. En effet, cette nouvelle génération de carte d’identité offre des «caractéristiques physiques et numériques qui la rendent plus sûre et fiable». Une carte intelligente, sécurisée et pratique qui permet de renforcer la volonté des autorités de tendre vers l’adoption de l’identité numérique des citoyens. Une base nécessaire qui permet aux établissements publics et privés de renforcer leurs bouquets de services numériques.

A l’heure où le Maroc poursuit sa marche vers la dématérialisation des documents administratifs, cette CNIE est un atout indéniable dans des procédures qui impliquent de plus en plus l’utilisation de l’identité, physique ou numérique. «La nouvelle CNIE permet un accès sécurisé aux services numériques des établissements publics et privés, tout en protégeant les données personnelles, alors que la DGSN a veillé à intégrer les dernières inventions et technologies garantissant un niveau élevé de sécurité pour le lancement de cette carte, comportant une impression relief, des effets optiquement variables et une sécurité numérique», expliquent les autorités.

Les fraudes et autres usurpations d’identité n’en deviendront que plus difficiles pour les faussaires car elle sera protégée par un code PIN, à l’instar d’un carte SIM pour smartphone. «Fabriquée en polycarbonate, matériau solide connu pour sa durabilité», elle offre des nouveautés, dont la lecture électronique par le biais d’un simple lecteur standard, un scanner ou les téléphones mobiles supportant la technologie NFC, afin de fluidifier les services et protéger les citoyens des lourds désagréments pouvant être causés par les erreurs de saisie.

Pour les citoyens marocains qui ne sont pas intéressés pour l’heure, ils ne seront pas tenus de changer leurs cartes d’identité électronique, qui demeureront valables malgré le lancement de la nouvelle génération de la CNIE. Par ailleurs, les frais de timbres de la nouvelle carte seront alignés, sinon inférieurs, à ceux de la carte d’identité actuelle, et ce grâce aux efforts consentis par la DGSN pour améliorer ses services.

Cependant, le lancement de cette nouvelle carte d’identité a suscité une nouvelle polémique. L’absence de la langue amazighe sur la CNIE, exclusivement en arabe et en français, a fait réagir de nombreux internautes mais également au Parlement. Le ministre de de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a même été interpellé par une député du PAM, ce mercredi lui rappelant la teneur de l’article 21 de la loi organique n° 26-16 traitant du caractère officiel de l’amazigh, des modalités de son intégration dans l’enseignement et dans les domaines prioritaires de la vie publique. Selon cet article, les renseignements devant figurer sur les documents officiels, dont la carte nationale d’identité, doivent y être inscrits aussi bien arabe qu’en amazigh. Mais sur cette nouvelle CNIE, il n’y figurera bien que l’arabe et le français.