Un nouveau virage pour Renault Maroc

Objectifs pour le développement de l’écosystème Renault Maroc sur la période 2021-2030

La nouvelle feuille de route porte l’objectif de sourcing local à 2,5 milliards d’euros dès 2025 et cible les 3 milliards d’euros à terme.

Luca De Meo, le directeur général de Renault Group, et Moulay Hafid Elalamy, le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie Verte et Numérique, ont signé, le mardi 27 juillet 2021, une convention fixant de nouveaux objectifs pour le développement de l’écosystème Renault sur la période 2021-2030. Un événement qui représente sans aucun doute le coup d’envoi d’une nouvelle dynamique industrielle.

En effet, Renault Group Maroc a dévoilé la première Dacia Sandero destinée au marché marocain, fabriquée à l’usine casablancaise Somaca. La commercialisation de cette nouvelle citadine made in Morocco débutera en septembre prochain.

Par ailleurs, cette nouvelle feuille de route porte l’objectif de sourcing local à 2,5 milliards d’euros dès 2025 et cible les 3 milliards d’euros à terme. Le Groupe s’engage également à élever son taux d’intégration à 80% à terme. A rappeler que le dernier engagement de Renault avec le Maroc, signé le 8 avril 2016, visait 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires et 65% d’intégration locale en 2023.

Taux d’intégration
«L’industrie automobile au Maroc amorce, aujourd’hui, un nouveau tournant de son évolution. Le développement de notre partenariat avec Renault ouvre son écosystème à de nouveaux horizons à forte valeur technologique, en parfaite adéquation avec les objectifs de notre relance industrielle visant à renforcer la compétitivité industrielle du Royaume à l’échelle mondiale», a souligné Moulay Hafid Elalamy.

Et d’ajouter: «l’élargissement de l’écosystème Renault répond à deux enjeux majeurs du secteur, à savoir, le positionnement du Maroc dans la mobilité électrique et le renforcement du sourcing local».

De son côté, Luca de Meo n’a pas manqué de se féliciter de ce nouvel accord. «Nous sommes très heureux de donner une nouvelle impulsion à notre partenariat historique avec le Royaume du Maroc. Cet accord va permettre de renforcer la compétitivité et l’attractivité de l’industrie marocaine tout en la préparant pour l’avenir: la stratégie de dé-carbonation initiée par le Royaume est totalement en phase avec notre vision et sera un élément structurant dans les années à venir».