BP swipe-970x250

Musique : New District, quartier libre pour les artistes

Fondé fin décembre 2020 par le réalisateur Nabil Ayouch, le nouveau label musical permet à des jeunes artistes comme la Maroco-Française Rita L’Oujdia d’exprimer leur plein potentiel.

Yassin Tabouktirt n’est pas du genre à y aller avec le dos de la cuillère. A peine un mois après avoir rejoint New District, le label fondé fin décembre 2020 par le réalisateur Nabil Ayouch, il a d’ores et déjà lancé Rita L’Oujdia, la nouvelle révélation de la musique urbaine marocaine. Cette dernière, originaire comme son pseudonyme l’indique d’Oujda, la capitale de l’Oriental, fait actuellement un tabac grâce à son single “Dkhol So9 Rassek” (mêle-toi de tes affaires, en arabe dialectal), qui critique le harcèlement de la gent féminine dans la rue et est sorti le jour de la journée internationale des droits des femmes, c’est-à-dire le 8 mars 2022. Sur le site de partage de vidéos YouTube, elles sont des dizaines de milliers de personnes à en avoir vu le clip, dû à Meryem Aït Aghnia, que l’on connaît surtout pour son travail d’illustratrice.

Campagne d’affichage
Ce n’est pourtant pas la première chanson publiée par Rita L’Oujdia; celle-ci s’active sur YouTube même depuis près de six ans et compte déjà une discographie de deux albums, Ink et Kontrol, en date de juin 2016 et octobre 2019. La différence, cette fois, est qu’elle a donc pu compter sur l’infrastructure de New District, bien aidé aussi dans ses efforts promotionnels par la Marocaine des jeux et des sports (MDJS), qui a gracieusement offert de faire bénéficier celle qui s’appelle dans le civil Rita Kribi d’une campagne d’affichage en lui donnant l’accès aux panneaux dont elle dispose sur les artères du Royaume.

Et il y a surtout, derrière, le flair de M. Tabouktirt: quand nous lui posons la question, ce dernier nous explique que cela fait plusieurs années déjà qu’il suit Rita L’Oujdia, et que dès que New District en a fait son nouveau directeur adjoint -le 1er février 2022-, il a pris contact avec elle pour la rallier au label. L’artiste elle-même, qui a grandi en France, dont elle porte également la nationalité, et qui vit depuis plusieurs années dans la capitale britannique, Londres, pour justement se consacrer à la musique, a été emballée, de son côté, par l’offre de M. Tabouktirt, qui lui proposait en plus de bénéficier des services de Sofco, de son vrai nom Soufiane Coradidi, un des producteurs les plus prometteurs de la scène hip hop au Maroc.

“À New District, l’idée est que l’artiste trouve le milieu idéal pour exprimer son potentiel, qu’il puisse le faire pleinement, sans aussi avoir à s’occuper des à-côtés, en focalisant sur la musique seulement,” expose M. Tabouktirt. Et ce dernier compte bien aider davantage d’artistes à se mettre en lumière: entretenant le suspense, il nous indique que des “surprises” sont à attendre dans les semaines à venir.

Il faut dire que M. Tabouktirt n’en est pas à son coup d’essai: anciennement en charge des relations avec les artistes maghrébins sur la plateforme de streaming Deezer, il avait contribué à promouvoir des icônes musicales marocaines actuelles telles que Snor, Tagne, Khtek ou Asmae, dans le cadre de la playlist “La Relève Maghreb”. Un travail que cet ancien étudiant en psychologie -“je rêvais de devenir criminologue,” nous confie-t-il- avait également effectué au niveau de Ginger Sounds, une agence culturelle spécialisée dans les musiques du monde qu’il avait cofondée en septembre 2013 dans la capitale française, Paris, et plus récemment en tant que chroniqueur et producteur de la matinale de Radio 2M. Croyant fermement au potentiel de ce qu’il appelle “l’écosystème musical marocain”, M. Tabouktirt peut sans doute rêver d’aller encore plus vite; mais bien au rythme, ceci dit, de la musique...

Articles similaires