Nasser Bourita bientôt en Israël?

Plusieurs sources médiatiques l’assurent: Nasser Bourita devrait incessamment se rendre en Israël. Une visite qui serait la deuxième du ministre des Affaires étrangères dans l’État hébreu après celle de fin mars 2022 pour participer au sommet du Néguev et qui serait surtout l’occasion d’acter la transformation du bureau de liaison du Maroc à Tel-Aviv en ambassade.

A ce dernier égard, il faut rappeler que cela fait plus de dix mois que le ministre des Affaires étrangères israélien, Yaïr Lapid, avait annoncé cette transformation lors de sa visite d’août 2021 au Royaume, sans que ses dires n’aient été, pour l’heure, suivis d’effet. M. Lapid était également revenu à la charge lors d’un point presse donné le 15 juin 2022 et avait repris le même propos, en étant le premier à indiquer que M. Bourita était en passe de se déplacer au Proche-Orient.

Du côté marocain, c’est toutefois le silence radio absolu. Il n’en reste pas moins que les informations semblent crédibles, dans la mesure où elles sont cohérentes avec les derniers développements que les relations maroco-israéliennes ont connus. Parmi ces développements, l’approfondissement des consultations pour faire notamment face à la menace de l’Iran, qui pend non seulement au-dessus de la tête d’Israël, que le régime du pays asiatique souhaite tout bonnement rayer de la carte, mais aussi celle du Maroc, par le biais du soutien au mouvement séparatiste du Front Polisario au Sahara marocain; lequel soutien avait par ailleurs été derrière la rupture, toujours en cours, des relations bilatérales début mai 2018.

Le Royaume pourrait d’ailleurs faire partie de l’alliance militaire arabo-israélienne en train de voir le jour avec l’appui des États-Unis. Aussi, il faut ajouter que bientôt quelque 15.000 travailleurs marocains pourraient être recrutés pour travailler notamment dans le BTP en Israël après que la ministre israélienne de l’Intérieur, Ayelet Shaked, a mis à profit sa visite au Maroc du 20 juin 2022 pour en faire la proposition aux autorités marocaines; ce que celles-ci ont, par la voix de M. Bourita, plutôt favorablement accueilli. Le moment d’une normalisation en bonne et due forme est-il donc enfin venu?