Nareva, acteur indépendant dans les secteurs de l'énergie et de l'eau

Une référence nationale en matière de développement durable

Nareva accorde une place importante au développement durable, à travers ses projets et en particulier le projet éolien intégré 850 MW qui constitue une grande référence du groupe en matière d’intégration industrielle, de réduction d’empreinte carbone, de recyclage de l’eau et d’efficacité énergétique.

Acteur de référence citoyen et responsable dans les secteurs de l’énergie et de l’eau, avec des actifs éoliens en exploitation, en construction ou en développement de près de 2000 MW et le premier périmètre irrigué réalisé dans le cadre d’un partenariat public-privé au Maroc, Nareva s’active à accompagner les politiques publiques et plus particulièrement celles relatives aux énergies renouvelables.

L’année 2018 a été marquée par l’achèvement du parc éolien d’Aftissat, implanté à 50 km au Sud de la ville de Boujdour, d’une capacité de 200 MW, son cinquième projet sous la loi 13-09, piloté par sa filiale Énergie Éolienne du Maroc ‘’EEM’’. Entré pleinement en service en octobre 2018, ce parc, qui a porté ainsi à 505 MW la puissance éolienne installée par EEM, contribue à l’atteinte de l’objectif national en développement des énergies renouvelables à horizon 2020, et au renforcement des infrastructures électriques des provinces du Sud auquel Nareva a participé par la construction d’une ligne 400 kV sur 250 km reliant Laayoune à Aftissat.

S’inscrivant dans l’accompagnement de la transition énergétique nationale, la centrale thermique de Safi, développée et opérée par le consortium Nareva, Engie et Mitsui, dans le cadre d’un schéma contractuel de type BOOT avec l’ONEE, a également été mise en service fin 2018. Ce projet d’envergure, d’une puissance installée de 1386 MW, joue un rôle important dans le dispositif national mis en place par l’ONEE en vue de satisfaire la demande croissante d’électricité et garantir l’équilibre offre/ demande du système électrique national, au moindre coût et dans le respect de l’environnement. Cette centrale, première du genre en Afrique, sera en mesure de satisfaire jusqu’à 25% de la demande électrique nationale.

Outre ses caractéristiques techniques, cette centrale est la première centrale thermique de type ultra-supercritique en Afrique. Cette technologie se distingue par un rendement énergétique plus élevé et une empreinte environnementale plus réduite, en comparaison avec les centrales au charbon conventionnelles, notamment en matière d’émissions de CO2.

Des projets développés durablement
L’année 2018 a été marquée aussi par le démarrage des travaux du site Midelt, premier site relevant du Projet Eolien Intégré (PEI) 850 MW, objet d’un appel d’offres ONEE gagné en 2016 par le consortium Nareva - Enel Green Power. Ce projet structurant permettra au Maroc de réaliser une avancée considérable dans la mise en oeuvre de sa stratégie énergétique nationale. La construction du parc éolien de Midelt d’une capacité de 180 MW s’étalera sur une durée de 24 mois. Et la construction des 4 autres sites devrait suivre de manière progressive.

Il s’agit en l’occurrence du projet éolien intégré 850 MW. L’ONEE avait placé la barre haute concernant ses attentes en matière d’intégration industrielle locale. Le challenge a été relevé. Le consortium dont Nareva est le chef de file avait présenté à la fois le tarif le plus bas au monde et un taux d’intégration industrielle de 70%, le plus élevé connu au Maroc pour cet acabit de projets. Pour atteindre cet objectif, trois axes sont à développer : la fabrication locale des composantes stratégiques que sont les pales d’éoliennes construites à l’usine Siemens Gamesa de Tanger, la réalisation d’un maximum de tours d’éoliennes en acier au Maroc, et enfin l’implication prioritaire des entreprises locales dans les études, la fourniture et la réalisation des ouvrages électriques et de génie civil.

Intégration industrielle
L’approche intégration locale est appuyée sur chacun des sites par une démarche de responsabilité sociale dès le début des travaux de construction. Pour l’ensemble de ses projets, Nareva veille auprès des sous-traitants au recrutement prioritaire des ressources humaines locales et à leur formation aux méthodes et qualifications requises. Les questions de l’eau et de l’énergie sont aussi au coeur des préoccupations de développement durable sur les sites, tout comme la réduction de l’empreinte carbone.

Pour le site de Midelt, des solutions innovantes ont été notamment mises en place pour le recyclage de l’eau et des différentes matières telles que les emballages, les huiles et même les déblais générés par les travaux de terrassement… en somme de bonnes pratiques en matière d’efficacité énergétique, d’efficacité hydrique et d’économie circulaire.

Et ce qui va pour ce projet va pour les autres. L’intervention de Nareva, sur un plan environnemental, débute par une étude d’impact environnemental préalable, conformément aux standards internationaux, en vue de prendre les bonnes mesures et décisions durant les périodes de conception, de construction et d’exploitation des projets. Dans le cas de projets éoliens, des études ornithologiques poussées sont menées pour protéger les oiseaux.

Sur un plan sociétal, Nareva a la volonté d’impacter positivement l’ensemble des localités d’implantation de ses sites. Une étude spécifique sur les aspects sociaux et sociétaux est également menée en amont des projets, pour mieux connaître les différents cercles et les actions les plus appropriées à déployer en phase exploitation, tout en donnant une priorité forte à l’éducation-formation et à l’insertion socioéconomique via l’entrepreneuriat. De beaux exemples qui ne manqueront pas de créer un esprit d’émulation.


1 commentaire

  • klm

    19 Juillet 2019

    Un texte au parfum d un spot publicitaire.De toute façon le boss a vendu ses huileries,"sucreries "et "danoneries" pour se spécialiser dans les affaires les plus juteuses du moment a savoir le vent et le soleil et bien tôt l eau des mers

Laisser un commentaire