Selon Mubawab, la reprise du marché immobilier se dessine au cours du troisième trimestre de l'année

LA REPRISE DE L’IMMOBILIER EST- ELLE SUR LA BONNE VOIE?

Au moment où l’offre sur le marché immobilier, durant le troisième trimestre de l’année, recule, la demande, elle, surprend avec une hausse sur le neuf et l’ancien.

Faute d’un système d’information national pérenne, il est très difficile d’avoir une idée précise sur l’état et surtout la dynamique d’évolution du marché immobilier. Reste que de temps en temps des sites dédiés aux annonces immobilières comme Mubawab nous livrent d’une manière relativement régulière, et ce depuis quelques temps, des indications sur l’état de fonctionnement d’un tel marché. Ainsi, la 5e édition du Guide de l’Immobilier de Mubawab vient de nous révéler récemment que l’offre du marché immobilier a reculé au 3e trimestre et qu’elle s’est repliée de 17% sur le neuf et l’ancien. La demande, quant à elle, surprend avec une hausse de 12% sur le neuf et l’ancien, nous dit le guide. Quand aux prix, ils ont baissé de 2,3% pour atteindre un niveau moyen de 9.700 DH le mètre carré.

«En ce qui concerne l’ancien, le prix des appartements a augmenté de 2% et celui des villas a baissé de 5%. Pour le neuf, le prix des appartements a reculé de 2% et celui des villas de 12%», souligne la plateforme d’annonces immobilières. Pour Mubawab, la hausse des prix des appartements anciens se maintient et se renforce depuis la sortie du confinement dans la plupart des grandes villes. Ainsi, les prix n’ont reculé en août dernier que dans cinq villes: Bouskoura (-3%), Casablanca (-1%), Marrakech (-10%), Nouaceur (-3%) et Rabat (-2%). «La baisse des prix dans le neuf s’est faite sentir davantage sur le marché des villas que sur celui des appartements, avec respectivement -12% contre seulement -2%, et ce, pour les trois derniers mois», précise Mubawab.

Baisse de la demande
«Nous sommes tout de même 10% au-dessus du niveau de l’offre de logements par rapport à la même période en 2019, ce qui témoigne d’une «reprise assez saine du marché», nous disent les analystes de Mubawab.

Pour eux, la demande a connu une hausse trimestrielle de 43%, hausse qui se maintient toujours dans le positif avec une évolution mensuelle de +12%. En termes d’évolution annuelle, «nous sommes 27% au-dessus du niveau de l’année précédente à la même période», disent-ils. Se basant, en effet, sur cette dernière information sur la demande, les analystes de Mubawab se permettent d’en déduire «un potentiel de croissance très positif», comme vient de l’observer Kevin Gormand, CEO et co-fondateur de Mubawab.

En partant de ces pronostics favorables, peut–on espérer une reprise soutenue du secteur de l’immobilier? Rien n’est moins sur si on se fie aux tendances passées du secteur immobilier, tendances marqués au sceau de la baisse. Tendances plus sensibles dans les grandes villes du Royaume. Tendances baissières que les spécialistes du secteur ont expliqué non seulement par une baisse de la demande mais également par l’inadéquation entre l’offre et la demande.

Les promoteurs immobiliers continueront, ainsi, à s’interroger si cette tendance changera un jour. Et ce, même la loi de finances 2021 continue de faire bénéficier les activités immobilières d’un certain nombre d’incitations. Faisant partie des secteurs en tête des bénéficiaires d’avantages fiscaux ( pas moins de 42 mesures), il accapare à lui seul 20,2% en 2020 contre 16,3% en 2019 (39 mesures). Ce qui représente un manque à gagner pour l’Etat qui s’est creusé entre les deux années passant de 4,6 milliards de dirhams DH à 5,8 milliards de dirhams en 2020.


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger