Les MRE et la tragédie d'Al-Haouz : Les Marocains du monde répondent présents


Comme ils en ont l’habitude lors des moments cruciaux qui touchent leur patrie, les MRE, estimés à plus de 5 millions de personnes partout dans le monde, se sont une fois de plus montrés à la hauteur du défi humanitaire posé par la tragédie d’Al-Haouz.

De l’Europe à l’Afrique, en passant par l’Asie ou l’Amérique, les initiatives et les campagnes de collecte se multiplient, portées par une volonté commune, celle d’apporter un soutien rapide et efficace aux populations affectées par le séisme du 8 septembre 2023. Qu’il s’agisse de rassembler des fonds conséquents, de fournir de l’aide matérielle ou encore de proposer des solutions innovantes face aux défis logistiques sur place, les MRE témoignent d’une générosité et d’un engagement hors du commun. Comme la France accueille la plus grande partie de la diaspora marocaine, avec plus de 1,5 millions de personnes au minimum, dont 670.000 binationaux, ce fut normal qu’une dizaine d’initiatives soient lancées de part et d’une autre.

Dans cet élan, Sarah Jaidi et Othmane Lamrini, un jeune couple franco-marocain, ont lancé une campagne de financement participatif à travers la plateforme GoFundMe, en soutien aux victimes du tremblement, une initiative qui a rencontré un succès fulgurant. En effet, la cagnotte a rapidement grossi, franchissant le cap des 800.000 euros, grâce à la contribution de plus de 18.000 donateurs du monde entier, une dynamique qui s’accentue avec un don reçu toutes les cinq secondes.

Mobiliser la diaspora
Lancée dans l’urgence, cette campagne avait d’abord pour objectif de mobiliser la diaspora marocaine en Europe, avant de toucher des âmes généreuses aux quatre coins du monde, nous explique M. Lamrini. Les fondateurs ont choisi de collaborer avec les associations SOS Villages d’Enfants Maroc et CARE Maroc, organisations reconnues pour leur sérieux et leur complémentarité dans leurs champs d’action respectifs. «Cette stratégie permet d’adresser une aide multiforme et de répondre aux besoins variés et pressants des citoyens affectés par cette tragédie,» nous indique M.Lamrini.

En étroite collaboration, Mme Jaidi et M. Lamrini se sont engagés à assurer le transfert sécurisé et efficient des fonds collectés «Afin de garantir une distribution rapide et adaptée aux besoins pressants des victimes du séisme,» spécifient-ils. Par ailleurs, M. Lamrini espère que le flux financier ne s’arrêtera pas là; alors que les dons continuent d’affluer, ils envisagent d’étendre leur soutien à d’autres associations locales qui souhaiteraient rejoindre ce mouvement de solidarité.


En outre, certains membres de la communauté des MRE ont décidé de se rendre directement sur place pour venir en aide aux victimes, à l’image de Badr Tounzi, ingénieur installé en France, qui a su saisir l’urgence de la situation. Avec une équipe dévouée, il s’est lancé dans une mission humanitaire locale et urgente centrée autour d’Amizmiz, une des zones les plus touchées. Cette équipe a rapidement mis en place une collecte de fonds «Nous avons réussi à collecter 9.200 euros en seulement quatre jours,» confie M. Tounzi sur son réseau LinkedIn, où il appelle à plus de dons.

En effet, collaborant étroitement avec l’Association Izourane pour le développement spécial et l’intégration socio-culturelle, l’équipe sur le terrain a pu faire une installation rapide de plus de 100 tentes de 9m² chacune, permettant d’offrir un abri d’urgence à de nombreuses familles sinistrées. Mais leur action ne s’arrête pas là; distribution de couvertures, de tapis, et de denrées alimentaires font partie des premières mesures prises pour alléger la détresse des habitants. Aujourd’hui, face à l’urgence sanitaire croissante due à l’absence de toilettes, une nouvelle étape de leur mission a commencé : la mise en place de structures sanitaires mobiles pour prévenir toute catastrophe sanitaire dans les villages affectés. Une initiative qui démontre l’engagement sans faille de cette équipe à répondre de manière pragmatique et rapide aux défis posés par cette tragédie.

Étudiants marocains à l’étranger
Dans cet élan, la jeunesse n’est pas en reste. Les étudiants marocains à l’étranger, en particulier, se sont distingués par une mobilisation impressionnante. À l’initiative de la Warwick Moroccan Society, qui s’est associée à de nombreux clubs d’étudiants marocains à travers l’Europe, une campagne de collecte de fonds énergique et déterminée a été mise sur pied. Le but? Faire appel à la générosité du réseau étendu de la diaspora marocaine et au-delà, détaillent-ils sur les réseaux sociaux. En unissant leurs forces avec la Banque alimentaire du Maroc et El Baraka Angels, les étudiants ont déjà réussi à lever plus de 10.000 livres sterling. Cette somme, qui ne cesse de croître, sera intégralement reversée aux deux associations caritatives en première ligne sur le terrain pour soutenir les victimes. Cet élan de solidarité, amplifié par la participation active de la jeune génération, témoigne de la profonde empathie et de la détermination à venir en aide à leurs compatriotes en détresse, soulignant ainsi la richesse du lien marocain, forgé dans la fraternité et la compassion.

En Suisse, le couple franco-marocain à la tête du restaurant «Le Petit Marrakech», Latifa et Jean-Pierre Macherel, a pris des mesures urgentes en envisageant des ponts aériens pour acheminer des biens de première nécessité à Tinmel. Bien conscients de l’effort des autorités locales, ils cherchent néanmoins à prêter main forte. «On ne veut pas marcher sur leurs plates-bandes, mais on veut aider,» témoigne Jean-Pierre, dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, évoquant des contacts avec des sociétés d’hélicoptères pour faciliter le transport d’aides d’urgence.

Au Canada, Selma Regragui, présidente fondatrice du Conseil national de l’insertion des compétences marocaines dans le monde, nous affirme que «Depuis le séisme, je travaille non-stop pour coordonner et orienter les gens pour centraliser les dons vers le compte numéro 126 du Bank Al-Maghrib,» révèle-t-elle. Mme Regragui nous déclare que «si une centaine de personnes ont été déjà présents sur place le samedi pour envoyer de l’argent au Maroc, beaucoup d’autres personnes ont organisés des cagnottes en ligne ou ont encore participé à des initiatives organisés par exemple par le collège Lassalle». Ainsi, en cette période critique, les MRE se mobilisent activement pour soutenir leur pays d’origine, faisant preuve d’une solidarité et d’une détermination exemplaires. Leur entraide témoigne de l’union de cette communauté face à la tragédie, offrant un modèle d’espoir et de résilience.

Articles similaires