LE MOUVEMENT ANTIRACISTE QUI MOBILISE LE MONDE ENTIER

BLACK LIVES MATTER

Black Lives Matter (“La vie des noirs compte”), ce mouvement afro-américain qui a ressurgi au lendemain du meurtre de George Floyd lors d’une arrestation policière musclée fait déjà le tour du monde.

Le racisme anti-noir a toujours été problématique dans le monde. La discrimination subie par certains citoyens, uniquement en référence à leur couleur de peau, est plus que jamais inadmissible. Les habitants du monde entier s’unissent aujourd’hui contre ce type de racisme et dénoncent les violences policières qui ont conduit à la mort de plusieurs personnes, à travers le mouvement Black Lives Matter.

Ce mouvement, créé en 2013 aux Etats-Unis pour dénoncer la discrimination exercée par les forces policières et le profilage racial, vit une renaissance aujourd’hui, après la mort de George Floyd, un Afro-américain mort asphyxié par un policier lors de son interpellation le 25 mai à Minneapolis. Le slogan du mouvement inonde les réseaux sociaux, notamment sur Instagram où les utilisateurs accompagnent la phrase d’une photo noire pour dénoncer le racisme anti-noir et crier justice pour George Floyd.

Si la situation se déroule dans le calme total dans plusieurs pays du monde, où les internautes se contentent de publier des photos et des slogans pour montrer leur soutien, notamment au Maroc qui assiste à un grand mouvement de solidarité sur les réseaux sociaux. Des manifestations physiques se sont déclarées en pleine crise du Covid-19 dans 140 villes américaines, en Italie, en Grande-Bretagne, en Allemagne, au Canada, en Nouvelle-Zélande, en Irlande et en France.

Après les Etats-Unis, de violentes manifestations se sont déclarées le mardi 3 juin à Paris. 20.000 manifestants dont des jeunes et des membres des Gilets jaunes, se sont rassemblés devant le tribunal de porte de Clichy pour dénoncer les violences policières à l’encontre des Noirs. Sur les pancartes des manifestants français, deux slogans sont prônés. “Black Lives Matter” et “Justice for Adama”, ce dernier fait référence à Adama Traoré, un Français noir d’origine malienne décédé en 2016, quelques heures après une arrestation, jugée “peu claire”.

Ce qui est bizarre dans cette affaire de Adama, toujours sous enquête d’ailleurs, c’est que des informations confidentielles du dossier ont été divulguées dans les médias au lendemain de la propagande autour de la mort de George Floyd aux Etats-Unis. Résultat? Adama Traoré serait mort asphyxié par les officiers de police au moment de son arrestation, exactement comme Floyd. De quoi justifier la colère des Français, ayant violé l’état d’urgence sanitaire qui interdit les grands rassemblements afin d’endiguer la propagation du Coronavirus. De mineures échauffourées ont éclaté entre la police et les manifestants à Paris.

Le cortège a été accueilli par la police, qui a tiré des gaz lacrymogènes sur la foule dans le but de la disperser, mais rien n’y a fait, les manifestants ont poursuivi leur mouvement protestataire. À Londres, en Italie, au Canada, au Brésil, ou en Australie, les citoyens du monde entier sont sortis défiler en début de cette semaine, pour soutenir les victimes de violences policières. “Pas de justice, pas de paix”, “Solidarité!”, “Le racisme tue partout dans le monde”, tant de slogans scandés pour dire non au racisme, à la violence policière et à la discrimination raciale.


X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger