MOURIR DU CORONAVIRUS OU SUR LES ROUTES?

UN CHOIX CORNÉLIEN

Profitant d’un week-end presque ordinaire, les Marocains ont reçu aux dernières heures de la journée du dimanche 26 juillet l’annonce de la fermeture de plusieurs villes marocaines. Annoncée à 19 Heures pour être appliquée à minuit, la nouvelle a fait l’effet d’une bombe.

Malheureux celui qui a fait confiance au gouvernement dans la gérance de la pandémie du Coronavirus en cette période de Aïd Al-Adha. Après moult appels formulés aux citoyens pour voyager afin de booster le tourisme et redynamiser l’économie nationale, deux ministres du même gouvernement ayant émis cet appel, ont décidé à la dernière minute de bloquer toute entrée ou sortie pour 8 villes principales du Maroc à partir de minuit. Non, ce n’est pas une blague! Khalid Aït Taleb et Abdelouafi Laftit n’ayant pas le temps de mesurer les dangers d’une décision pareille, ont lancé une bombe qui a provoqué des dégâts indélébiles.

Panique générale, péages bondés, accidents mortels, et absence de sécurité, voici à quoi ont dû faire face les voyageurs de dernière minute pour se rendre chez eux le dimanche 26 juillet 2020, après la sortie du communiqué conjoint des ministères de l’Intérieur et de la Santé où ils ont annoncé la décision d’empêcher tout mouvement en provenance ou en direction des villes de Casablanca, Berrechid, Settat, Tanger, Tétouan, Meknès, Fès et Marrakech. Amoureux des surprises et fidèles à leur habitude de faire des annonces au dernier moment, nos ministres glorieux ont provoqué une panique générale, menant ainsi à des catastrophes routières dont les résultats seront lourds.

Décision défaillante
“Nous avons fait 3 heures et demi de route entre Mohammedia et Casablanca. Les camions, autocars, motos, et voitures se faisaient la course. Les gens conduisent comme des fous à cause du délai très court restant pour rentrer chez soi. Le fait d’être arrivée saine et sauve avec ma famille est un miracle”, nous déclare une voyageuse. Une déclaration appuyée par les photos et vidéos des accidents sur l’autoroute, dignes d’un film hollywoodien. Voiture qui brûle au milieu de la route, autocars renversés, motos accidentées… La longue nuit du dimanche 26 juillet a fait plusieurs dégâts matériels et humains.

Ce lundi 27 juillet, le chaos provoqué par cette décision continue. Les altercations entre les gendarmes et les citoyens à l’entrée de Marrakech ont fait le tour des réseaux sociaux. Les agents de sécurité, policiers et gendarmes, sont le maillon faible d’une chaîne décisionnelle défaillante. Face à des décisions irréfléchies aux lourdes conséquences, ces gens qui doivent faire appliquer la loi se heurtent à ceux qui la rejettent sous le regard indifférent des décideurs.

Le bilan des morts et des blessés enregistrés à cause de la décision conjointe du ministère de la Santé et de l’Intérieur n’est pas encore fait. Faut-il s’attendre à une catastrophe? En tous cas les images et les échos reçus jusque là ne rassurent pas, s’ajoute à cela la flambée des cas de contaminations et de morts dus au Coronavirus qui risque d’atteindre son maximum avec Aïd Al Adha.

Deuxième vague à cause du comportement des marocains ils disent? Avec des décisions aussi hasardeuses, aucun Marocain n’aura la tête à faire les choses convenablement, quand la panique prend le dessus, le chaos règne et les conséquences risquent d’être terribles.


1 commentaire

  • Khadija MOD CONTROL

    28 Juillet 2020

    allah ylaguiha lihom kharjou aala nass mchaw dahiya li had hokoma

Laisser un commentaire

X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger