CGAM Hssabe 970X250

Moody’s revoit à la baisse les perspectives du système bancaire

RENTABILITÉ EN DIMINUTION

Dans ce contexte difficile, le soutien de Bank Al Maghrib est un atout inestimable aux banques marocaines.

Moody’s, l’agence d’évaluation financière américaine, estime que, compte tenu de l’impact du Covid-19 et de la sécheresse, la rentabilité du système bancaire marocain diminuera suite à la baisse des revenus d’intérêts nets, qui représentaient 66% du Produit net bancaire (PNB). C’est ce qui ressort en substance d’un rapport publié le 27 avril 2020 où l’agence de rating vient de revoir les perspectives du système bancaire du Maroc, d’Afrique du Sud et du Nigéria de stables à négatives à la lumière de la pandémie du coronavirus et de la chute des prix du pétrole.

En effet, l’impact de la propagation du Covid- 19 ainsi que la sécheresse, ont, pour Moody’s conduit à un fort ralentissement de l’économie marocaine particulièrement au niveau du tourisme. Les secteurs des exportations vers l’Union européenne ou l’industrie automobile ont été particulièrement touchés. Ces effets devraient être partiellement compensés par la baisse des produits énergétiques.

Perspectives stables à négatives
Néanmoins Moody’s reste convaincue que «la réponse rapide et complète du gouvernement soutiendra la reprise économique au lendemain de la crise». Ceci étant, en fonction de la durée de la crise, «les risques pesant sur nos prévisions actuelles de croissance du PIB de 2% pour 2020 (contre 2,4% en 2019) sont en augmentation, reflétant à la fois le choc du coronavirus et la persistance de la sécheresse », précisent les analystes de Moody’s. Cela sous-entend qu’elle serait probablement amenée à revoir ses prévisions de croissance pour le Royaume. Même constat pour le rythme de progression des crédits, qui serait ramenée à 5% en 2020.

Par ailleurs, les analystes de l’agence d’évaluation américaine s’attendent à une augmentation des prêts problématiques dans un contexte de rééchelonnement d’échéances de crédit généralisé. Ceci n’empêchera pas le financement de l’économie de rester solide et stable et la liquidité de demeurer élevée, et ce, grâce au taux élevé (93%) de provisionnement des créances en souffrance et surtout grâce au soutien indéfectible de Bank Al-Maghrib aux banques marocaines, leur permettant d’accéder plus facilement et plus largement au refinancement.