BP swipe-970x250

Mondial 2022 : Cérémonie d'ouverture grandiose, le Qatar éblouit le monde




Début d’anthologie pour cette Coupe du monde 2022, ce dimanche 20 novembre. Le pays hôte, le Qatar a réussi le pari de bluffer le monde entier, avec une cérémonie d’ouverture grandiose réunissant plusieurs grands noms de l’industrie du divertissement, et un merveilleux spectacle haut en couleurs. 

Une réponse claire aux voies qui doutaient des capacités du Qatar, et du monde arabe de manière générale, d’organiser un événement planétaire d’une telle ampleur, alors que le riche émirat subit des attaques incessantes à caractères racistes de la part de médias et de responsables politiques et sportifs occidentaux, sous prétextes de violation des droits humains. 

Jungkook, l'un des sept membres du très populaire groupe sud-coréen BTS, y compris dans le monde arabe, a assuré le spectacle en interprétant "Dreamers", l'un des hymnes de ce Mondial 2022, aux côtés du chanteur qatari Fahad Al-Kubaisi.

Avant lui, plusieurs tableaux ont mêlé des éléments culturels traditionnels de la Péninsule arabique (dromadaires, danse folklorique ardah, tambours) et des réminiscences des précédentes Coupes du monde de foot (mascottes, hymnes des Mondiaux et des équipes).


Les drapeaux des 32 pays participants, dont le Maroc, ont défilé sur la pelouse du stade, avec un hymne des supporters de leur pays respectifs. L’hymne représentant le Royaume n’était autre que le célèbre chant “celui qui ne bouge pas n’est pas Marocain”, très connu des fidèles adeptes des stades au Maroc. 

Un peu plus tôt, c'est le champion du monde 1998 français Marcel Desailly qui avait présenté au public le trophée destiné aux vainqueurs le 18 décembre.

"Des personnes de races, de nationalités, de croyances et d'orientations différentes se réuniront ici au Qatar et autour d'écrans sur tous les continents", a déclaré l'émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, dans un discours prononcé lors de la cérémonie.  "Qu'il est beau pour les gens de mettre de côté ce qui les sépare pour préserver leur diversité et ce qui les unit en même temps.", a-t-il poursuivi. 

De nombreux chefs d'État d’Afrique et du Moyen-Orient ont pris part à la cérémonie, notamment le président turc Recep Tayyip Erdogan, le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, le roi de Jordanie Abdallah II, ou encore les présidents palestinien Mahmoud Abbas, algérien Abdelmadjid Tebboune, égyptien Abdel Fattah Al Sisi, rwandais Paul Kagame et libérien, l'ancien footballeur George Weah. 

Articles similaires