Ils font l'actu n°14 : Mohamed Amine Benabdellah, la belle consécration d’un éminent juriste

Éminent juriste, connu pour être un grand spécialiste du droit constitutionnel, le nouveau président de la cour constitutionnelle connait bien l’institution pour y avoir été membre entre 2008 et 2017.


La Cour constitutionnelle a un nouveau président. Il s’agit de Mohamed Amine Benabdellah, qui vient d’être nommé à ce poste par SM le Roi Mohammed VI, lors d’une audience royale qui lui a été accordée ainsi qu’aux autres membres de la cour, jeudi 30 novembre 2023. Le Souverain a ainsi nommé Amina El Messaoudi et Najib Ba Mohamed comme nouveaux membres. Deux autres personnalités font également leur entrée dans la Cour constitutionnelle. Il s’agit de Mohamed El Kasri, membre élu par la chambre des représentants et Mohamed Lididi, membre élu par la chambre des conseillers.


La nomination de Mohamed Amine Benabdellah est une belle consécration pour cet éminent juriste et l’un des plus grands spécialistes marocains du droit constitutionnel et du droit administratif. Le nouveau président, qui a succédé à Saïd Ihrai, connaît bien l’institution pour y avoir été membre pendant 9 ans de 2008 à 2017. Il accède ainsi à une fonction régalienne qui lui permettra de contrôler la conformité des lois avec la constitution du pays. Le parcours académique de cet intellectuel hors pair atteste d’un homme aux compétences scientifiques solides avec une expérience sans pareil. Membre du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) après une nomination royale intervenue en 2017, Mohamed Amine Benabdellah est titulaire d’un doctorat d’État en droit public de l’Université de Paris (Panthéon- Assas) et d’un diplôme d’études supérieures en sciences administratives ainsi qu’une licence en sciences politiques de l’Université Mohammed-V de Rabat.

Responsabilité politique
C’est ici où il enseigne actuellement le droit public et le droit constitutionnel. Il est aussi professeur affilié à la faculté de gouvernance, sciences économiques et sociales à l’Université Mohammed-VI polytechnique de Benguérir. Homme de droit respecté dans les milieux juridiques, il a occupé plusieurs postes de responsabilité politique dans les ministères. C’est ainsi qu’il été directeur du cabinet du ministre de l’Emploi, de l’Artisanat et des Affaires Sociales entre 1992 et 1993, conseiller près du Conseil consultatif pour le suivi du dialogue social entre 1994 et 2000 et conseiller auprès du secrétaire général du gouvernement entre 2003 et 2008. Il fut également chargé de mission à la primature. Au cours de son riche parcours, il a été plusieurs fois décoré au Maroc et à l’étranger. Il s’est vu notamment décerner, en 2012 à Paris, la grande médaille d’or de la Société académique arts sciences et lettres en sa qualité de chercheur en droit.

Lire aussi

Articles similaires