Quand la Mission française ampute le Maroc de son Sahara

Les autorités procèdent au ramassage de manuels d'histoire

L’enseignement français au Maroc est dans la tourmente. Des manuels scolaires d’histoire comportant la carte du Royaume, amputée du Sahara marocain, ont été ramassés, mercredi 14 septembre 2022, par les enseignants d’histoire qui ont procédé à leur retrait sur instructions des autorités. Des photos de ces manuels avaient circulé sur les réseaux sociaux, ce qui a poussé les Marocains à dénoncer leur entrée sur le territoire national et à les retirer immédiatement des écoles de la Mission française.

D’aucuns estiment que l’adoption de ces livres par la Mission française dans le Royaume, au-delà du fait qu’elle soit intolérable dans un pays souverain, fait partie de la crise diplomatique silencieuse entre la France et le Maroc. Une crise qui pourrait se manifester dans plusieurs secteurs d’activité. Le secteur de l’enseignement en fait désormais partie avec ces manuels d’histoire au contenu controversé.

Ce n’est pas la première fois qu’un tel incident survient dans les écoles de la Mission française. Dans un lycée français à Al Jadida, un manuel scolaire de géopolitique a été retiré en 2016 car représentant des cartes du Maroc amputé de son Sahara. C’est une élève du lycée en question qui a prévenu son père de cette erreur. Ce dernier a alors mobilisé les autres parents d’élèves marocains qui ont d’abord cherché à régler le problème avec la professeure de géopolitique, d’origine espagnole. Mais l’enseignante a fait montre de résistance à l’idée de déprogrammer ce manuel.

C’est finalement grâce aux protestations des parents d’élèves formulées à l’attention de l’établissement que ce dernier a été contraint d’enlever les livres incriminés du programme. Un parent d’élève avait alors affirmé qu’il s’était empressé, avec les autres parents, de contacter l’administration pour déprogrammer le manuel, insistant sur le caractère dangereux du discours véhiculé dans ces manuels. Les parents d’élèves ont vu à travers ces cartes privant le Maroc de ses provinces du Sud une atteinte claire à l’intégrité territoriale du Royaume.