La ministère de la Santé lance une campagne pour encourager l’allaitement maternel, du 14 mai au 14 juin

Le ministère de la Santé et de la protection sociale vient de lancer la campagne nationale de promotion de l’allaitement maternel, du 14 mai au 14 juin, en partenariat avec l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH). Cette campagne se tient sous le slogan «L'allaitement maternel: pour un meilleur investissement dans le développement de la petite enfance», et vise à inciter les femmes à l'allaitement maternel précoce et exclusif, explique le ministère dans un communiqué.

Plusieurs études scientifiques ont en effet démontré que l’allaitement maternel pendant les six premiers mois de la vie de l’enfant permet une meilleure chance d’avoir une bonne croissance. L'allaitement réduit aussi, chez la mère, le risque de nombreuses maladies telles que le cancer du sein et des ovaires, le diabète et les maladies cardiaques, précise-t-on.

Le ministère relève que beaucoup d’efforts sont à déployer afin de réaliser l’objectif national d’ici à 2025, et qui est d’atteindre un taux de mise au sein précoce dans l’heure qui suit l’accouchement de 50%, et 50% également pour le taux d’allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois de vie.

Le ministère et l'INDH ont préparé un ensemble de supports de communication, et organiseront des activités de sensibilisation en faveur des professionnels de santé et de la population. Cette campagne comprendra également un ensemble d'activités de communication, en plus de la mobilisation des départements ministériels, des organisations non gouvernementales et des médias.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, il existe une relation claire entre l'allaitement maternel prolongé et les scores élevés relatifs aux tests d'intelligence et à la réussite scolaire, ce qui contribue à un meilleur développement neurocognitif.

Malgré les efforts consentis, la mise au sein précoce dans la première heure qui suit l’accouchement n'est pratiqué au niveau national que par 42% des femmes, et seulement 35% des bébés bénéficient de l'allaitement maternel exclusif durant les six premiers mois de vie, selon la dernière Enquête nationale sur la population et la santé familiale de 2018.