BP swipe-970x250

Coopération militaire: Les dessous de la visite du chef d’état-major de l’armée djiboutienne

Lié depuis juillet 2009 par un accord-cadre relatif à la coopération militaire avec le Maroc, Djibouti a dépêché mardi 27 septembre 2022 à Rabat le chef d’état-major de ses armées, à savoir le général de corps d’armée Zakaria Cheikh Ibrahim. L’occasion pour ce dernier, flanqué au passage d’une importante délégation, de s'entretenir avec l’inspecteur général des Forces armées royales (FAR) et commandant de la zone Sud, le général de corps d’armée Belkhir El Farouk, qui l’a reçu dans ses offices dans la capitale sur instructions du roi Mohammed VI. Dans un communiqué publié dans la foulée et relayé par l’agence Maghreb arabe presse (MAP), l’état-major des FAR a indiqué que “les deux chefs militaires ont mis en exergue les relations d’amitié et de coopération entre les deux pays, marquées par la confiance, le respect mutuel et la volonté commune de consolider ces liens à l’avenir”, en spécifiant que “la coopération militaire bilatérale entre les FAR et les Forces armées djiboutiennes (FAD) est basée essentiellement sur la formation et les échanges de visites”.

La même source a par ailleurs également renvoyé au fait que c’est le Maroc qui, dans les années 1980 -à partir de 1981, plus précisément-, avait formé les premiers sous-officiers djiboutiens.

Si le communiqué de l’état-major des FAR n’en pipe pas mot, il semble aussi que le déplacement du général Cheikh Ibrahim s’inscrit dans le contexte actuel que connaît Djibouti, qui voit depuis le 24 août 2022 les combats reprendre à ses frontières en Éthiopie et ce au niveau de la région du Tigré. Les FAD, et ce dans le cadre de la politique de neutralité de Djibouti, n’ont, à cet égard, pas vocation à s’activer sur le terrain, mais la situation commande naturellement que le pays est-africain coordonne avec les États amis comme justement le Maroc, avec qui, en plus de l’accord militaire signé, il prend régulièrement part à l’exercice African Lion tenu sous commandement des États-Unis et qui se déroule sur son sol.

Du point de vue du Maroc, Djibouti est aussi un allié politique, et il faut dans ce sens rappeler que ce dernier avait été le deuxième pays arabe après les Comores à se doter dès février 2020 d’un consulat dans la région du Sahara. En dehors de la formation d’officiers djiboutiens au Maroc même, les FAR ont, également procédé au détachement d’officiers à l’Académie militaire interarmées de la ville d’Arta, et ce dès sa mise en place en décembre 2008, sur demande expresse du président djiboutien Ismaïl Omar Guelleh.

Web

Articles similaires