LA MIGRATION, UNE SECONDE CHANCE ?

NOUVEAU PROJET DE MIGRATION ENTRE L’UE ET LES PAYS D’AFRIQUE DU NORD


Philip Mikos.

Ce nouveau projet vise à offrir aux pays d’Afrique du Nord des possibilités de migration et de mobilité de la main d’oeuvre, à travers la mise en place de schémas de mobilité avec certains pays de l’UE.

Un nouveau projet de coopération et de développement intitulé «Pour une approche globale de la gouvernance de la migration et de la mobilité de main d’oeuvre en Afrique du nord» (THAMM), a été lancé le mercredi 15 octobre 2020, à Rabat, avec la participation de responsables gouvernementaux et diplomatiques.

Financé par l’Union européenne (UE) et le ministère fédéral allemand de Coopération économique et du développement (BMZ), THAMM est conçu comme un programme sous régional qui vise à offrir aux pays d’Afrique du nord des possibilités de migration et de mobilité de la main d’oeuvre, à travers la mise en place de schémas de mobilité avec certains pays de l’UE. Il s’appuiera sur les normes et cadre internationaux existants pour promouvoir une migration équitable de la main d’oeuvre.

Employabilité des jeunes
La migration constitue, en effet, une nouvelle chance pour tous ces maghrébins qui ont tout fait pour trouver un emploi chez eux, mais en vain. Les possibilités d’emploi quand elles existent, au Maroc, en Tunisie ou en Egypte, ne bénéficient guère à tout le monde. Les marchés du travail dans ces pays d’Afrique du Nord sont excluants notamment pour les femmes et les jeunes. Femmes et jeunes pour qui ne reste , souvent, que de tenter leur chance en cherchant à migrer vers d’autres cieux et plus particulièrement vers les pays du nord de la Méditerranée. Pays dont les possibilités d’y accéder deviennent de plus en plus difficiles.

D’où la mise en place par l’UE des politiques de régulation de cette mobilité de la main d’oeuvre. Politiques dont le but n’est autre que de garantir aux migrants légaux le respect de leurs droits, comme l’a si bien souligné Philip Mikos, chef de coopération et ministre conseiller à la délégation de l’UE au Maroc. En intervenant à l’occasion du lancement de ce nouveau projet de coopération et de développement, il n’a pas manqué de préciser que «ce projet de coopération vise à garantir au migrants légaux le respect de leurs droits, de même que des possibilités de formation et de qualification, notamment au Maroc».

De même, il a affirmé que ce programme a pour but de renforcer la gouvernance de la migration de main d’oeuvre au Maroc, en Tunisie et en Egypte et d’élargir des opportunités de travail en Europe pour les professionnels de ces trois pays. Rappelons que THAMM est le premier programme de l’UE qui repose, conjointement, sur des coopérations entre un pays partenaire et différents Etats membres (l’Allemagne et la Belgique) pour améliorer la mobilité depuis les pays partenaires vers l’Europe.

Par ailleurs, le responsable européen a appelé les Etats à veiller à mettre en place une bonne gestion à même d’éviter la propagation du phénomène de fuite des cerveaux, en améliorant l’employabilité des jeunes et en mobilisant les agences d’emploi. Une autre manière de rappeler à nos responsables qu’il faut tout faire pour garder au pays les compétences nationales tant convoitées.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger