Michael Head: "Sinopharm est un vaccin efficace et utile"

Interview de Michael Head, chercheur à l’Université de Southampton.

Grand spécialiste international du domaine de la santé, le chercheur britannique Michael Head revient pour Maroc Hebdo sur l’efficacité des vaccins anti-Covid-19, y compris celui de la firme chinoise Sinopharm, que le Maroc vient bientôt se mettre à produire.

Le 15 juin 2021, vous avez publié un article appelant à poursuivre l’utilisation du vaccin anti-Covid-19 de Sinopharm en dépit du fait qu’il soit moins efficace que d’autres vaccins. Quand vous dites qu’il est moins efficace, c’est jusqu’à quel niveau exactement?
Les essais cliniques des vaccins anti- Covid-19 de Pfizer et Moderna ont suggéré une efficacité supérieure à 90%. Les données de Sinopharm ont indiqué une efficacité d’environ 80%, ce qui est similaire au vaccin d’Oxford/AstraZeneca. La base des preuves évolue, bien sûr, rapidement, surtout avec l’émergence de nouveaux variants, mais nous savons que les vaccins continuent d’être très efficaces, en particulier contre la Covid-19 sévère.

Au Maroc, nous utilisons principalement le vaccin de Sinopharm et nous avons même signé un accord avec la compagnie pour le produire. Doit-on continuer à respecter les règles sanitaires habituelles même lorsque l’on aura atteint le taux correspondant à l’immunité collective?
Sinopharm est un vaccin efficace et utile. La demande dépasse largement l’offre de vaccins, et le monde a besoin de tous les outils efficaces dont il dispose. Cependant, les vaccins ne peuvent pas être le seul outil pour résoudre nos problèmes de pandémie. La sortie de la pandémie impliquera une combinaison des vaccins et d’autres mesures, telles que la distanciation sociale et le port de masques.

Pour accélérer la vaccination collective, certains prônent la stratégie du “one jab”, qui consiste comme vous le savez à retarder la prise de la deuxième dose de sorte à pouvoir injecter celle-ci à un autre patient et ainsi avoir davantage de personnes même partiellement immunisées. Qu’en pensez-vous personnellement, en tant que spécialiste?
Le vaccin de Johnson & Johnson est conçu comme une immunisation à dose unique. Cependant, les autres vaccins sont conçus pour nécessiter les deux doses. Il existe de bons arguments selon lesquels l’écart entre la dose 1 et la dose 2 peut être augmenté, pour permettre à plus de personnes d’être vaccinées rapidement, mais les personnes devront toujours recevoir la deuxième dose.

Quand on voit ce qui se passe aux Seychelles, par exemple, que vous citez dans votre article (de nombreuses personnes vaccinées ont eu la Covid-19), pourrait-on conclure que nos vaccins ont été développés trop rapidement?
Les vaccins sont disponibles grâce à des années de recherche sur les technologies vaccinales datant d’avant cette pandémie, et ils ont également subi exactement le même ensemble d’essais cliniques que tout autre médicament ou vaccin. Aux Seychelles et ailleurs, nous n’avons pas vu d’échec des vaccins. Nous avons vu que même dans une population partiellement protégée, ce nouveau coronavirus est toujours très efficace pour provoquer des épidémies. Une utilisation élevée des vaccins anti-Covid-19 est absolument vitale.

Avec tous ces nouveaux variants, pensez- vous qu’on en finira un jour?
Le monde va vaincre ce virus. Les vaccins finiront par réduire massivement les menaces de ce nouveau coronavirus.