Mesures restrictives : Il est temps de tourner la page Covid !

Il est temps de tourner la page Covid, d’arrêter la publication quotidienne des statistiques liées à le Covid-19, en finir avec les restrictions et laisser les gens travailler.

Alors que plusieurs pays ont déclaré la fin de la pandémie du Covid-19, le Maroc poursuit sa politique extrêmement prudente dans sa lutte contre le Covid-19. A force de mesures restrictives et de craintes d’appariations de nouveaux variants, le gouvernement n’entend pas adapter ses messages et mesures face à une situation qui est loin d’être inquiétante. La gouvernance par la peur, c’est ce qui anime la politique marocaine de lutte contre le Covid-19. Les différentes sorties médiatiques des représentants de l’Exécutif sont unanimes: La situation au Maroc est en nette amélioration, mais pour sortir de la zone de risque, les Marocains doivent se faire inoculer la troisième dose du vaccin anti-Covid-19.

A chaque occasion, c’est l’épée de Damoclès de l’immunité collective qui est brandie, ceci alors que plus de 70% de Marocains ont été vaccinés et que la situation sanitaire est quasiment normale. On campe sur le discours menaçant et culpabilisant autour de la nécessité et l’obligation de recourir à la troisième dose. «Si les mesures restrictives sont toujours en vigueur, c’est de votre faute», laissent-il marteler. Un discours dépassé et décalée de la réalité.

Et ce n’est pas le ministère de la Santé et de la Protection sociale qui dira le contraire. «Notre pays passe au niveau vert de transmission du Covid-19 et la vague Omicron est en pré-clôture. La baisse des nouvelles contaminations a atteint 52%, la baisse du taux de positivité hebdomadaire est de 7, à 3.5%, et le taux de reproduction effectif du virus (Rt) est de 0.79», a déclaré lundi 21 février, Mouad Merabet, coordonnateur du Centre national des opérations d'urgence de santé publique au ministère de la Santé. Le même jour, un total de 190 nouveaux cas d'infection au Covid-19 et 1.019 guérisons a été enregistré au Maroc dans les dernières 24 heures. Les nouveaux cas d'infection récences dans la région de Casablanca-Settat n’ont atteint que 32, une région qui enregistrait pourtant des milliers de cas il y a quelques mois.

Toutes les données scientifiques sur l’évolution de la situation épidémique au Maroc démontrent une véritable amélioration, notamment de la situation sanitaire depuis plusieurs semaines. Même du côté du variant Omicron, il s’est avéré que les craintes exprimées par le gouvernement ne sont pas fondées. On se demande alors pourquoi les autorités marocaines maintiennent leur politique restrictive, limite liberticide. Y aurait-il d’autres raisons derrière les discours de peur, de troisième dose, d’immunité collective, de risques d’apparition de nouveaux variants…? Ceci alors que le Maroc passe par une véritable zone de turbulences économiques et sociales où le pouvoir d’achat se réduit comme peau de chagrin, où les gens sortent manifester leur colère contre la cherté de la vie et la hausse du chômage.

Au lieu de s’attaquer aux véritables problèmes qui préoccupent les couches sociales défavorisées et la classe moyenne, on se rabat sur l’obligation de la troisième dose et sur une crise sanitaire du Covid-19 qui n’existe plus que dans l’imaginaire de nos gouvernants. Il est temps de tourner la page Covid, d’arrêter la publication quotidienne des statistiques liées au Covid-19, se retrousser les manches, en finir avec les restrictions et laisser les gens travailler. A bon entendeur !

Articles similaires