Les mesures comptables exceptionnelles étendues aux années ultérieures

Entreprises impactées par la pandémie de la Covid-19

Les entreprises affectées par la pandémie de la Covid-19 sont concernées par la prorogation des dispositions comptables proposées en 2020 par le Conseil national de la comptabilité. Lors d’une réunion, lundi 22 mars 2021, présidée par le ministre de l’économie et des finances, Mohamed Benchaâboun, le conseil a émis un avis applicable aux exercices ouverts en 2020 et 2021 et à tous les exercices ultérieurs qui seraient affectés éventuellement par l’état d’urgence sanitaire.

Cet avis porte, notamment, sur les méthodes d’évaluation et de comptabilisation des charges et pertes spécifiquement liées à la pandémie, en l’occurrence les contributions versées par les entités ayant pour objectif de lutter contre les effets de la pandémie de la Covid-19 ainsi que la quote-part des charges fixes liées à la sous-activité par rapport à la capacité normale de production ou de fonctionnement des entités impactées.

Il s’agit également de la révision des plans d’amortissements des immobilisations corporelles lorsque les conditions et les durées d’utilisation de certaines immobilisations sont notablement impactées par les circonstances liées à cette pandémie. Notons que le Comité de veille économique a récemment saisi le Conseil national de la comptabilité pour étendre l’application des dispositions comptables explicitant les incidences de la pandémie de la Covid-19, à l’exercice 2021. Cette opération, initiée en date du 4 février, s’inscrit dans le cadre de la pandémie qui a impacté l’exercice 2020 et qui s’est prolongée à 2021.

Plusieurs secteurs ont été, en effet, touchés par la pandémie eu égard à ses effets directs sur le poids des charges fixes des entreprises opérant dans ces secteurs par rapport à leur chiffre d’affaires et ce, en raison de la baisse Une consécration pour Zineb El Adaoui et pour la femme marocaine. Le roi Mohammed VI a nommé, le 22 mars 2021, Zineb El Adaoui au poste de premier président de la Cour des comptes. Née en 1960 dans la province d’El Jadida, Zineb El Adaoui est titulaire d’un diplôme d’études supérieures en Sciences économiques.

Elle a entamé sa carrière, en 1984, en qualité de juge à la Cour des comptes, une première pour une femme à l’époque, avant d’occuper, en 2004, le poste de présidente de la Cour Régionale des Comptes de Rabat. Elle a été désignée membre de la Commission consultative de la régionalisation en 2010, du Conseil national des droits de l’Homme en 2011 et de la Haute instance du dialogue national sur la réforme de la Justice en 2012.

Le 20 janvier 2014, le roi Mohammed VI l’a nommée wali de la région du Gharb Chrarda-Béni Hssen et gouverneur de la province de Kénitra. Une confiance royale qui a été renouvelée en nommant Zineb El Adaoui, le 13 octobre 2015, wali de la région de Souss-Massa et gouverneur de la préfecture d’Agadir-Ida-Ou-Tanane, puis wali, inspecteur général de l’Administration territoriale à partir du 25 juin 2017. Zineb EL Adaoui a été décorée, en 2013, du wissam Al Moukafaa Al Watania de Grand Officier. Elle est mariée et mère de deux enfants l ou de l’arrêt de leurs activités.

La pandémie de la Covid-19 affecte et continue à impacter négativement les fonds propres de ces entreprises tels qu’ils ressortent au niveau de leurs états de synthèse. Ces derniers risquent de ne pas refléter l’image fidèle de la situation financière et patrimoniale et des résultats de ces entreprises en cas de non mise en place d’un cadre comptable approprié.