Meriem Amjoune, la virtuose de la lecture


PRIX DE LA LECTURE ARABE 2018


Le 30 octobre 2018 à Dubaï, la jeune Marocaine Meriem Amjoune, 9 ans, remporte le prix “défi de la lecture arabe 2018”. Quelques heures plus tard, la nouvelle, vidéo à l’appui, se répand comme une trainée de poudre sur les réseaux sociaux qui partagent la nouvelle avec détection et beaucoup de fierté.

On y voit Miriem, se tenant au milieu des autres candidats, avec sa tenue traditionnelle et sa couronne sur la tête. La tension est à son combe. A peine sa consécration annoncée par les membres du jury, que la petite fille fond en larmes. L’émotion prend le dessus et lui fait perdre tous ses moyens. Avec son doux et frais visage, la petite fille, «haute comme trois pommes», est attendrissante. Elle ne réalise pas qu’elle a réussi à vaincre les autres candidats de différentes nationalités arabes.

Touché par l’émotion de cette fillette, qui sort à peine de l’enfance et qui brille déjà par son intelligence, Cheikh Mohamed Ben Rached Al Maktoum, vice-président de l’Etat des Emirats arabes unis, président du Conseil des ministres et gouverneur de Dubaï, lui remet son prix puis la serre dans ses bras comme le ferait un père à sa fille.

Avec ce prix, Meriem Amjoune a pu décrocher une enveloppe d’environ 150.000 dollars US. 100.000 USD seront réservés à ses études universitaires alors que 50.000 USD iront à sa famille en guise d’encouragement.

Une férue de la lecture
Originaire de Taounate, cette élève de 4ème année du primaire est une férue de la lecture. Elle dévore les livres avec un appétit insatiable. Pour participer à l’Arab Reading Challenge, Meryem a dû lire et résumer plus de 50 ouvrages au cours de l’année scolaire passée. On n’est donc pas étonné de voir comment elle s’exprime devant les caméras et la facilité avec laquelle elle répond aux questions des journalistes.

Dans sa voix de petite fille, l’émotion est tout de même palpable. Avec un débit saccadé, elle égrène les mots dans un arabe classique impeccable pour tenter d’exprimer sa joie et sa reconnaissance envers Son Altesse Cheikh Mohamed Ben Rached Al Maktoum, instigateur de ce prix. «Cette initiative nourrit notre curiosité de savoir et fait grandir dans nos coeurs l’amour de la lecture. Je conseille les enfants arabes de lire parce que la lecture est la lumière des civilisations», déclare-t-elle à la presse.

Et quand Meriem se lance dans l’éloge des livres, elle nous fait oublier son âge. La fluidité de son style, la richesse de son vocabulaire et la facilité avec laquelle les mots viennent à elle, en disent long sur l’étendue de sa culture.

Pour rappel, le concours «défi de la lecture arabe», qui a été lancé en 2016, récompense également les meilleurs instituteur et superviseur du monde arabe. Le montant global des prix décernés s’élève à 11 millions de dirhams émiratis.

Laisser un commentaire