LE MÉPRIS DU GOUVERNEMENT POUR LES PARENTS D’ÉLÈVES

LES ÉCOLES DE CASABLANCA FERMÉES POUR 14 JOURS

Beaucoup avaient soupçonné la manipulation selon laquelle le ministre, en défendant ardemment la rentrée scolaire pour le 7 septembre tout en sachant que la situation sanitaire est dramatique à Casablanca, avait pour principal objectif de pousser les parents à régler les frais d’inscription de leurs enfants. Avec la fermeture des écoles, à la veille de la rentrée scolaire, le soupçon est désormais confirmé.

Choc et consternation chez les élèves et leurs parents à Casablanca. Au soir de la veille de la rentrée scolaire, prévue le lundi 7 septembre 2020, un communiqué gouvernemental tombe comme un couperet: les écoles sont fermées pour au moins 14 jours. L’enseignement à distance remplace ainsi l’enseignement présentiel pour lequel les parents d’élèves ont opté pour la majorité d’entre eux. Le choc est d’autant plus grand que les parents d’élèves ont déboursé des sommes considérables pour payer les frais d’inscription et de scolarité pour leurs enfants en plus d’acheter toutes les fournitures demandées par les écoles. Les parents ont-ils été trompés par le ministre de l’éducation nationale, Saïd Amzazi? Certainement, oui. Non seulement, il a trompé les parents, mais eux crient haut et fort au mépris, au mensonge et à la manipulation.

A quelques jours de la rentrée scolaire, le ministre et son département ont multiplié communiqués, circulaires, mises au point et autres interventions médiatiques pour convaincre les parents que la rentrée scolaire aura bien lieu en présentiel. Bien qu’il soit adopté en théorie comme l’exception et l’enseignement à distance comme la règle, le présentiel a été largement plébiscité par les parents, considéré à juste titre comme le mode approprié et efficace pour un meilleur apprentissage au lieu d’un enseignement à distance, qui a prouvé ses limites.

Soucieux de prodiguer à leur progéniture un enseignement plus ou moins de qualité et ayant dans l’esprit que leurs enfants iront en présentiel, les parents d’élèves sont allés, parfois les yeux fermés sachant qu’ils prennent des risques sanitaires énormes, régler tous les frais pour garantir à leurs enfants des places sur les bancs de l’école. Beaucoup avaient soupçonné la manipulation selon laquelle le ministre, en défendant ardemment la rentrée scolaire pour le 7 septembre tout en sachant que la situation sanitaire est dramatique à Casablanca, avait pour principal objectif de pousser les parents à régler les frais d’inscription de leurs enfants.

Avec la fermeture des écoles au soir de la veille de la rentrée scolaire, le soupçon est désormais confirmé. Au choc des parents se greffe le traumatisme psychologique des enfants, qui ne comprennent pas comment une telle décision peut tomber à la dernière minute alors qu’ils ont passé une semaine pleine d’espoir et d’optimisme pour retrouver leurs camarades de classe. Les marocains sont-ils pris pour des guignols? Quand les décisions hâtives sont prises au soir, quand nos ministres passent leur temps à véhiculer un discours trompeur et mensonger, on est en droit de penser que le Maroc va droit au mur.

Articles similaires